France-Vidalies annonce un milliard d'euros pour le plan autoroutier

le
1
    PARIS, 18 septembre (Reuters) - Le nouveau plan autoroutier, 
financé en partie par une augmentation des tarifs aux péages, 
s'élèvera à un milliard d'euros, annonce le secrétaire d'Etat 
aux Transports dans un entretien au Journal du dimanche. 
    Alain Vidalies dit avoir reçu cette semaine le feu vert de 
François Hollande, qui avait évoqué fin juillet le lancement de 
ce plan dont le contenu précis restait alors à définir. 
    "Nous avons recensé les demandes des collectivités et établi 
une liste précise - qui n'est pas fermée - de 50 dossiers", 
précise Alain Vidalies au JDD. 
    "Il y a 30 opérations routières, type échangeurs, 
véritablement d'intérêt pour les territoires. S'y ajoutent la 
création d'aires de covoiturage et des aménagements 
environnementaux comme des écoponts (ndlr, permettant le passage 
d'espèces animales), des murs antibruit", ajoute-t-il. 
    Le secrétaire d'Etat dit miser sur un lancement des premiers 
travaux à la fin de l'année 2017. 
    Selon lui, ce plan, qui représente "un milliard d'euros 
d'activité d'ici à 2019 et la création d'environ 5.000 emplois", 
sera financé à la fois par une participation des collectivités 
locales et par une augmentation du tarif des péages, comprise 
entre 0,3% et 0,4% par an entre 2018 et 2020.  
    Le précédent plan de relance autoroutier - 21 chantiers pour 
3,3 milliards d'euros - a été lancé cette année moyennant un 
report de l'expiration des concessions de deux ans et demi en 
moyenne. 
    Conclu après plusieurs mois de vives critiques contre le 
niveau de rentabilité des autoroutes, il doit entraîner la 
création de 8.200 emplois par an en moyenne pendant les cinq 
prochaines années des travaux. 
    Le plan de relance en cours comprend surtout des 
élargissements de voies. 
 
 (Simon Carraud, édité par Henri-Pierre André) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M999141 il y a 3 mois

    Les taxes, ils n'osent plus, ils ont trop tapé, alors ils augmentent les péages, bref, ils continuent de nous faire les poches.