France-Vers une législative partielle pour remplacer Moscovici

le
1

PARIS, 29 octobre (Reuters) - Une élection législative partielle devrait avoir lieu dans la quatrième circonscription du Doubs afin de remplacer le socialiste Pierre Moscovivi nommé commissaire européen, au risque de provoquer la perte de la majorité absolue du PS. L'ancien ministre des Finances, qui est encore député pour quelques jours, a dit mercredi devant la presse parlementaire que des questions juridiques "devaient être éclaircies" pour savoir s'il devait y avoir ou non une législative partielle. Si la Commission européenne prend officiellement ses fonctions avant 5 novembre, il devra se démettre de son mandat de député, ce qui entraînera automatiquement un tel scrutin. Mais si elle ne prend ses fonctions que le 5 novembre ou après, il n'y aura pas de partielle, Pierre Moscovici ayant été chargé par l'exécutif le 5 mai dernier pour une durée de six mois d'une mission "sur la place de la France pour l'Europe". Son suppléant socialiste prendrait alors sa place. L'espoir d'éviter une législative partielle qui ferait perdre au PS sa majorité absolue à l'Assemblée nationale a été nourri par les difficultés éprouvées par certains candidats devant les commissions compétentes du Parlement européen. La candidate slovène avait notamment été recalée mais sa remplaçante a pu être auditionnée dans les temps et les membres du nouvel exécutif européen prêteront serment le 1er novembre prochain devant la Cour de justice de l'UE. ID:nL6N0SG3PR Il est exclu de faire exception pour Pierre Moscovici en lui laissant cinq jours de plus pour des raisons de cuisine électorale interne, a dit une source européenne. "Si partielle il doit y avoir, il faut cesser de considérer qu'elle est perdue pour la gauche", a dit Pierre Moscovici, qui rappelle avoir été réélu en juin 2012 avec 49% des voix lors d'une triangulaire face à l'UMP et au Front national. "Il y a la possibilité pour la gauche de garder cette circonscription", a-t-il ajouté. "C'est une possibilité, il faut l'affronter avec combativité." Mais la partie s'annonce très difficile pour la gauche qui a perdu toutes les élections législatives partielles depuis 2012. En cas de défaite, la gauche conserverait toutefois la majorité absolue à l'Assemblée avec le soutien des 17 députés que compte le groupe des radicaux de gauche. (Emile Picy, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.

Avertissement

Une erreur est survenue, merci de re-essayer ultérieurement.