France-Vers un mandat unique de cinq ans à la tête du Medef

le
0

PARIS, 17 mars (Reuters) - Le conseil exécutif du Medef a entériné lundi un projet de réforme des statuts de la première organisation patronale française, qui limitera à cinq ans non renouvelables le mandat de son président, a confirmé mardi le titulaire actuel du poste. Une réforme voulue par Pierre Gattaz, qui en avait fait la promesse lors de sa campagne pour succéder à Laurence Parisot. Elle fait partie des propositions remises à la direction du Medef par le groupe de travail qu'il a créé pour réfléchir à un toilettage des statuts de l'organisation. "Le patron du Medef ne pourra rester que cinq ans, sans possibilité de renouveler son mandat", a-t-il dit lors de sa conférence de presse mensuelle. "Le conseil exécutif a entériné hier deux ou trois modifications importantes, dont celle-ci." Ces propositions doivent encore être votées par une Assemblée générale du Medef prévue à la mi-mai. Laurence Parisot avait tenté en vain en 2013 d'obtenir un changement des statuts pour pouvoir rester à la présidence de l'organisation patronale à l'issue de son deuxième mandat. Pierre Gattaz a confirmé qu'il s'appliquerait à lui-même le mandat unique de cinq ans, mesure selon lui de nature à éviter la transformation du président du Medef en apparatchik avant tout soucieux de sa réélection. "Je suis parti pour cinq ans, c'est-à-dire encore trois ans et demi, ce qui me laisse une liberté de pensée, une liberté d'action", a-t-il fait valoir, en espérant que cela donnerait des idées à d'autres organisations et institutions françaises, ou même à des partis politiques français. Outre cette proposition, le conseil exécutif a approuvé l'idée que les membres du comité statutaire du Medef -- une de ses nombreuses instances -- devraient être aux deux tiers des chefs d'entreprise opérationnels. Une disposition que Pierre Gattaz voudrait généraliser à toutes les instances dirigeantes du Medef, "pour éviter d'avoir trop de distance par rapport au terrain". Cette proposition a cependant provoqué une mini-crise. "Cela a été transmis au comité statutaire du Medef. Ils n'ont pas aimé (...) et ils ont démissionné en bloc", a dit Pierre Gattaz. "C'est une tempête dans un verre d'eau." "J'ai renouvelé ce comité statuaire hier, proposé des noms au conseil exécutif. Tout cela sera entériné à l'assemblée générale du mois de mai", a-t-il ajouté. (Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant