France-Vers plus de stages de citoyenneté contre le racisme

le , mis à jour à 04:26
0

PARIS, 19 mai (Reuters) - La ministre de la Justice Christiane Taubira, qui réunit mercredi à Paris les quelque 200 magistrats référents en matière de racisme et d'antisémitisme, souhaite qu'ils recourent davantage aux stages de citoyenneté pour lutter contre les discriminations. Les magistrats se verront notamment présenter un stage de citoyenneté conçu pour les auteurs de faits racistes et lancé en 2014 par le Mémorial de la Shoah en partenariat avec le parquet de Paris. Les stages de citoyenneté, souvent organisés par des associations locales, peuvent être une alternative à des poursuites ou faire office de peine. Ils existent depuis plus de dix ans en France. En 2014, 5.000 ont été prononcés, souvent dans des affaires d'atteinte à l'autorité et de dégradations de biens publics. Le Mémorial de la Shoah, pionnier en la matière sur le sujet des discriminations, a organisé deux stages sur le racisme en 2014 avec à chaque fois une dizaine de candidats, qui paient un euro symbolique pour y participer. Quatre autres sont prévus en 2015. Axé sur la lutte contre les préjugés et s'appuyant sur l'histoire des génocides, ce stage est "un enseignement à la tolérance", explique Jacques Fredj, directeur du Mémorial. "Jusque-là c'était un laboratoire d'idées. Maintenant le produit commence à être bien rodé." Parmi ceux qui y ont déjà participé figurent des mineurs et des majeurs, des personnes ayant fait la "quenelle", geste que le polémiste Dieudonné présente comme "antisystème", ainsi que des personnes ayant proféré des insultes ou menaces à caractère raciste sur internet, indique une source judiciaire. L'ambition du gouvernement est de généraliser cette approche en développant notamment des modules "antiracistes" dans le cadre de stages plus généraux, explique Robert Gelli, directeur des Affaires criminelles et des grâces. "Ceux qui insultent les policiers, ça ne fait peut-être pas de mal qu'ils aient une piqûre de rappel", dit-il. Le Premier ministre Manuel Valls a présenté le 17 avril dernier un plan d'action contre le racisme et l'antisémitisme doté de 100 millions d'euros sur trois ans. ID:nL5N0XE17P La création d'une action de groupe en matière de discriminations, mesure qui figurera dans le projet de réforme de la justice de Christiane Taubira, en fait partie. ID:nL5N0YA2WE (Chine Labbé, édité par Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant