France-Valls puise dans l'Euro des encouragements pour l'avenir

le
0
    PARIS, 8 juillet (Reuters) - "Rien n'est perdu d'avance", a 
déclaré vendredi Manuel Valls au lendemain de la qualification 
de l'équipe de France pour la finale de l'Euro dont le Premier 
ministre a voulu tirer une leçon politique dans la perspective 
de 2017. 
    Dans le registre du "Ça va mieux" de François Hollande, il a 
salué la réussite de l'organisation du tournoi de football dans 
un climat social et sécuritaire tendu, preuve à ses yeux de la 
capacité des Français à "aller de l'avant". 
    "Rien n'est jamais gagné d'avance, perdu d'avance, jusqu'au 
bout il faut jouer pour pouvoir l'emporter. Je fais mienne cette 
métaphore", a-t-il dit à des journalistes en marge d'un 
déplacement dans l'Aude, alors que la cote du couple exécutif 
est au plus bas dans les enquêtes d'opinion. 
    "Rappelez-vous il y a encore quelques semaines, on nous 
expliquait que le pays était à feu et à sang, que rien n'était 
maîtrisé, qu'il fallait supprimer les fan zones, voire même 
reporter l'Euro", a-t-il poursuivi tout en appelant à la 
prudence d'ici la finale de l'Euro dimanche, où la France 
affrontera le Portugal. 
    "Nous avons fait la démonstration, a souligné Manuel Valls, 
pas seulement le gouvernement, pas seulement l'Etat, mais les 
Français, de notre capacité à accueillir un tel événement qui a 
été autant de fêtes qu'il y avait de stades et de fans zones." 
    "C'est une année compliquée pour les Français, cet Euro a 
commencé avec les inondations, un conflit social, une menace 
terroriste qui est toujours là, mais face à l'épreuve, face aux 
défis, je pense que le gouvernement, derrière le président de la 
République, les élus locaux (...), et tout simplement les 
Français montrent leur capacité à résister, leur résilience, et 
à aller de l'avant", a estimé le chef du gouvernement. 
    "Il y a de bonnes nouvelles économiques, il y a des bonnes 
nouvelles sportives, il faut que nous soyons fiers et davantage 
confiants en nous-mêmes", a insisté Manuel Valls. 
 
 (Sophie Louet, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant