France-Valls fustige le nouvel antisémitisme et Dieudonné

le
0

PARIS, 13 janvier (Reuters) - Manuels Valls a dénoncé mardi le "nouvel antisémitisme" sur fond de "détestation de l'Etat d'Israël" et fustigé le polémiste Dieudonné, visé par une enquête pour apologie du terrorisme après les attentats de Paris. Le Premier ministre a estimé devant l'Assemblée nationale que la France ne s'était pas assez indignée des attaques contre les juifs de France. "Comment accepter que, dans certains établissements, collèges, lycées, on ne puisse pas enseigner la shoah ?", a-t-il lancé. "Et quelle terrible coïncidence, quel affront que de voir un récidiviste de la haine tenir son spectacle au moment même où, samedi soir, la Nation, porte de Vincennes, se recueillait." Manuel Valls a également demandé que "la justice soit implacable avec ces prédicateurs de la haine". Plusieurs milliers de personnes s'étaient rassemblées samedi soir pour rendre hommage aux quatre victimes de la supérette casher de la porte de Vincennes. "La France sans les juifs de France n'est plus la France", avait dit le Premier ministre à l'adresse de la communauté juive tentée par un départ pour Israël. Une phrase qu'il a répétée devant les députés, ajoutant: "Disons-le à la face du monde". Le parquet de Paris a ouvert lundi une enquête pour apologie du terrorisme contre Dieudonné, qui a écrit dimanche sur Facebook se sentir "Charlie Coulibaly", en référence à Amedy Coulibaly, qui a tué une policière à Montrouge et quatre personnes dans une épicerie casher de Paris. (Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant