France-Valls évoque le risque d'attaques à l'arme chimique

le
2

PARIS, 19 novembre (Reuters) - Le Premier ministre Manuel Valls a évoqué jeudi le risque d'attaques à l'arme chimique ou bactériologique en France quelques jours après la série d'attaques sans précédent menées à Paris et à Saint-Denis. "Nous sommes en guerre, pas une guerre à laquelle l'histoire nous a tragiquement habitué", a-t-il déclaré devant l'Assemblée nationale où le projet de loi prolongeant l'état d'urgence de trois mois est examiné. "Cette guerre nouvelle reste une guerre planifiée menée par une armée criminelle. Ce qui est nouveau ce sont les modes opératoires, les façons de frapper, de tuer, évoluent sans cesse". "L'imagination macabre des donneurs d'ordre est sans limite : fusil d'assaut, décapitation, bombe humaine, armes blanches (...) Il ne faut aujourd'hui rien exclure et je le dis avec toutes les précautions qui s'imposent mais nous savons et nous l'avons à l'esprit, il peut y avoir aussi le risque d'armes chimiques et bactériologiques". (Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bernm le jeudi 19 nov 2015 à 10:35

    Il n'a qu'a leur donner le mode d'emploi avec, et pas que des idees.

  • M3064430 le jeudi 19 nov 2015 à 10:02

    Je préfère ce texte au précédent.On sait parfaitement tout cela.Je suis désolé de voir que notre premier ministre ne s'en rende compte que maintenant