France-Vallaud-Belkacem prône le "discernement" dans les cantines

le
2

PARIS, 17 mars (Reuters) - La ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a demandé mardi aux élus de veiller à ce que chaque enfant puisse "manger à sa faim", après la décision du maire de Chalon-sur-Saône de supprimer les repas de substitution au porc dans les cantines à partir de la prochaine rentrée. Le maire UMP de la préfecture de Saône-et-Loire, Gilles Platret, a annoncé ce changement aux parents des quelque 3.800 enfants scolarisés dans sa commune dans un courrier accompagnant les bulletins d'inscription à la cantine. Il invoque "le retour au principe de laïcité", une notion au coeur des débats publics et politiques depuis les attentats de janvier en France, pour motiver cette décision qui met un terme à la pratique observée depuis trente et un ans dans sa commune. Gilles Platret n'est pas le premier maire à imposer le menu unique. Plusieurs autres, souvent dans de petites communes, ont, ces dernières années, supprimé les repas de substitution tantôt en invoquant des raisons budgétaires, tantôt la laïcité. Interrogée sur BFM TV, la ministre de l'Education nationale a appelé les élus à faire preuve de "discernement" sur le sujet. "Je crois que la seule chose qui doit nous guider quand on est un responsable public, c'est de veiller à ce que chaque enfant puisse manger à sa faim", a dit Najat Vallaud-Belkacem. "Dans les textes, qui sont très clairs, rien n'impose à une collectivité locale d'adopter tel menu ou tel menu mais jusqu'à présent, on a toujours fait preuve de discernement." L'Observatoire de la laïcité, organe rattaché au Premier ministre, rappelle pour sa part dans un communiqué que la laïcité ne peut conduire à "refuser la diversité de menus". "Les cantines scolaires proposent généralement une diversité de menus, avec ou sans viande. Cette offre de choix ne répond pas à des prescriptions religieuses mais à la possibilité pour chacun de manger ou non de la viande tout en empêchant la stigmatisation d'élèves selon leurs convictions personnelles", dit le texte. Cette explication prend le contrepied de Gilles Platret pour qui "proposer un menu de substitution dès lors que du porc est servi, c'est opérer une discrimination entre les enfants". "Il est indispensable de revenir à une pratique exigeante du vivre-ensemble. Cela passe par une séparation de la sphère publique et de la sphère privée", dit encore l'élu dans le courrier adressé aux parents. "Les cantines scolaires de Chalon doivent redevenir des espaces de neutralité." L'Assemblée nationale vient d'adopter un texte faisant de l'inscription dans les cantines un "droit", après que des maires avaient menacé d'en réserver l'accès aux enfants dont les deux parents travaillent. (Gregory Blachier, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le mardi 17 mar 2015 à 14:16

    la laïcité c'est le respect de l'autre OUI. Mais la laïcité et c'est garder dans le sphère privée l'expression de sa religion.

  • dotcom1 le mardi 17 mar 2015 à 13:36

    Vivement que les élections soient derrière nous, qu'on puisse lire des infos utiles.