France-Urvoas refuse toute "guantanamoïsation" du droit

le
6
    PARIS, 28 juillet (Reuters) - Jean-Jacques Urvoas refuse, 
dans une tribune au Monde publiée jeudi, toute 
"guantanamoïsation" du droit français après les critiques émises 
par Nicolas Sarkozy contre la politique du gouvernement en 
matière de lutte antiterroriste et antiradicalisation.  
    L'attaque contre une église de Saint-Etienne-du-Rouvray 
(Seine-Maritime) mardi a attisé la polémique sécuritaire ravivée 
après l'attentat du 14 juillet à Nice entre le gouvernement et 
l'opposition de droite.  
    L'ex-chef de l'Etat et président des Républicains (LR) a 
estimé mercredi que la réponse de la gauche aux attentats qui 
secouent la France depuis janvier 2015 n'était pas à la hauteur 
et a notamment appelé à la révision des dispositions européennes 
sur la double peine  ID:nL8N1AD1Z5 .  
    "Emportés par l'émotion et l'inquiétude, la tentation est 
grande d'en appeler à la 'pensée magique', quitte à sortir de 
notre Constitution, quitte à sortir de la Cour européenne des 
droits de l'Homme (CEDH), quitte à sortir de ce qui fait la 
France", souligne le ministre de la Justice dans une tribune au 
Monde.  
    "La France ne peut pas concevoir le combat contre le 
terrorisme, contre la radicalisation, autrement qu'avec les 
armes du droit. Le droit n'est pas une faiblesse", ajoute 
Jean-Jacques Urvoas.  
    "La détermination ne justifie pas l'aveuglement. Et croire 
que les imprécations décourageront nos ennemis est un leurre. 
Aussi si des adaptations sont légitimes, elles ne peuvent 
s'émanciper de nos valeurs fondamentales." 
    Nicolas Sarkozy a demandé mercredi la mise en oeuvre des 
propositions émises par la droite ces derniers mois. 
    Les Républicains préconisent entre autres que tout étranger 
dont les connexions, directes ou indirectes, avec un groupe 
terroriste sont démontrées soit expulsé de France ou que tout 
ressortissant français dans la même situation soit placé dans un 
centre fermé ou avec un bracelet électronique pour une durée de 
trois mois. 
    Ils demandent également que les détenus condamnés pour 
terrorisme ne puissent bénéficier d'aménagements ou de 
réductions de peines automatiques. 
    "L'ancien président de la République, qui a supprimé des 
dizaines de milliers d'emplois de magistrats, de policiers et de 
gendarmes, propose de réduire notre droit à un système 
d'exception, dont nous savons, pour le voir en œuvre dans 
d'autres pays, qu'il est inefficace et ne saurait nous garantir 
contre les impulsions meurtrières des terroristes", estime 
Jean-Jacques Urvoas.  
    "Notre constitution garantit les libertés publiques pour 
qu'en France on ne puisse pas enfermer sans preuve", 
poursuit-il. "L'arbitraire n'est pas acceptable et au nom de 
l'efficacité, je refuse cette volonté de 'guantanamoïsation' de 
notre droit", ajoute-t-il, en référence au centre de détention 
controversé américain.  
 
 (Marine Pennetier, édité par Eric Faye) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dhote il y a 4 mois

    M. Urvoas vous avez le droit de critiquer les propositions de l'opposition mais montrez nous ce que vous proposez et donnez nous vos résultats.

  • jean-648 il y a 4 mois

    Aston54 c'est exactement pareil après un accident mortel de la circulation. Les parents de victimes n'ont que l'arbitraire pour se consoler. Cette "guerre" n'est pas une "guerre" conventionnelle, armée contre armée, l'OAS a également employé le terrorisme pour se faire entendre.

  • wanda6 il y a 4 mois

    Que Sarkozy aille réparer ce qu'il a su détruire !

  • Aston54 il y a 4 mois

    "L'arbitraire n'est pas acceptable"... M. Urvoas allez donc expliquer cela aux parents de victimes de l'arbitraire des terrorsites islamiques!!!! Il parait (c'est Savamieux qui le dit) que nous sommes en guerre. Or je n'ai jamais connu, dans toute l'histoire, un pays qui faisait la guerre avec des moyens normaux!!! Dans une guerre on doit ELIMINER l'ennemi.

  • jean-648 il y a 4 mois

    ...de la part de Sarko. Faut réfléchir avant et pas aprés. C'est facile de dire fallait jouer tels chiffres au lotto pour gagner. Sarko nous a montré sa capacité à gouverner.

  • M1360996 il y a 4 mois

    Bel aveuglement