France-Urvoas prêt à une loi sur la vidéosurveillance en prison

le
0
    PARIS, 13 juillet (Reuters) - Le ministre français de la 
Justice a déclaré mercredi qu'il présenterait un projet de loi 
permettant la vidéosurveillance des détenus en cellule si le 
tribunal administratif de Versailles jugeait sans fondement 
juridique ce régime appliqué à Salah Abdeslam, suspect-clé des 
attentats du 13 novembre 2015. 
    Le tribunal examine ce mercredi un référé-liberté déposé par 
l'avocat de Salah Abdeslam en vue de la suspension de la 
vidéosurveillance dont son client fait l'objet 24 heures sur 24 
depuis le 27 avril dans sa cellule de Fleury-Mérogis (Essonne). 
    "J'ai pris un arrêté ministériel autorisant la 
vidéosurveillance ou protection 24 heures sur 24, et sur la base 
de cet arrêt, que j'ai pris après consultation de la Cnil 
(Commission nationale de l'informatique et des libertés-NDLR), 
j'ai pris une mesure individuelle sur M. Abdeslam", a justifié 
Jean-Jacques Urvoas sur BFM TV et RMC Info. 
    "Le tribunal va se prononcer, si ce n'est aujourd'hui, en 
tous cas sous les 48 heures, et comme je suis le ministre de la 
Justice (...) donc le gardien de la loi et du droit, je ferai 
exactement ce que le tribunal décidera", a-t-il poursuivi. 
    "Si le tribunal me dit qu'il faut une loi, je présenterai 
une loi à l'Assemblée nationale. (...) Si le tribunal me disait 
que ce que j'ai fait est sans fondement juridique satisfaisant, 
eh bien je chercherai un fondement satisfaisant par la loi", a 
dit le ministre. 
 
 (Sophie Louet) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant