France-Une officine de faux billets démantelée à Marseille

le
0

MARSEILLE, 19 décembre (Reuters) - Une officine de contrefaçon de billets libellés en euros d'une qualité jugée exceptionnelle a été démantelée mardi à Marseille, une opération qui évite la mise en circulation potentielle de près de neuf millions de faux billets de 50 euros. "Hormis un expert de la Banque de France, personne ne peut voir la différence entre vrais et faux billets. Cela caractérise l'excellence de la contrefaçon", a déclaré vendredi à la presse le procureur de Marseille, Brice Robin. Les enquêteurs sont intervenus le 16 décembre dans un appartement des quartiers du nord de la ville, où ils ont saisi des planches non découpées de faux billets pour un montant de 892.800 euros en coupures de cinquante. "Une dizaine de cartons de 2.000 feuilles de papier vierge, qui présente toutes les caractéristiques du papier fiduciaire, ont également été découverts. Ce papier pouvait servir à fabriquer pour environ huit millions d'euros", a précisé Brice Robin. Les gendarmes ont également mis la main sur tous les éléments d'une chaîne graphique numérique de haute technicité. Au total, 11 personnes ont été interpellées, huit à Marseille, deux en Corse, une dernière dans le département du Vaucluse. EQUIPES INTERNATIONALES Cinq d'entre elles, âgées de 32 à 47 ans, devaient être présentées à un juge d'instruction, vendredi et lundi, pour être vraisemblablement mises en examen et placées en détention provisoire. Le parquet de Marseille a ouvert le 3 septembre une information judiciaire contre X pour contrefaçon de monnaie et association de malfaiteurs, des chefs passibles de 30 ans de réclusion criminelle et 450.000 euros d'amende. "Les billets faux fabriqués en France sont en majorité le fait d'équipes internationales de type mafieux", a dit le magistrat. Une partie non déterminée des fausses coupures a pu être mise en circulation avant l'intervention des enquêteurs. "Si de nombreuses fausses coupures avaient été écoulées, elles seraient entrées dans le système bancaire et identifiées. Ce n'est pas le cas", a relativisé le colonel de gendarmerie Sylvain Noyau, commandant de la section de recherches de Marseille. La région Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA) est la troisième région de France la plus affectée par la contrefaçon de billets, derrière celles de l'Ile-de-France et Rhône-Alpes. La Banque centrale européenne (BCE) estime à 500 millions d'euros le préjudice de la contrefaçon en France. Les coupures concernées, parce que plus faciles à écouler, sont les billets de 20 et de 50 euros. "La France est considérée comme le premier pays d'Europe touché par cette contrefaçon, devant l'Italie et l'Allemagne", a expliqué le général David Galtier, commandant la région de gendarmerie PACA. "Sur 13 milliards de coupures d'euro en circulation, environ deux millions sont des coupures susceptibles d'être contrefaites", a-t-il ajouté. (Jean-François Rosnoblet, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant