France-Une étude confirme la sensibilité des retraites au chômage

le
1

PARIS, 15 avril (Reuters) - Une étude publiée mercredi par le Conseil d'orientation des retraites (COR) confirme la sensibilité à la situation de l'emploi du système français de retraites, qui resterait nettement en déficit à l'horizon 2040 en cas de chômage à 10%, si aucune mesure corrective n'est prise. Seuls les scénarios les plus favorables économiquement (des revenus d'activité augmentant de 1,8% à 2% par an et un taux de chômage ramené à 4,5% en fin de période) permettent un retour à l'équilibre, voire un léger excédent de 0,1 à 0,2 point de PIB. Dès que les revenus d'activité n'augmentent que de 1,5% par an ou moins, le système de retraites accuse un déficit plus ou moins accentué selon le taux de chômage (de 0,1 point de PIB pour un chômage à 4,5%, à 0,9 point avec un chômage à 10% et une hausse des revenus d'activité limitée à 1,0% par an). Dans ces conditions, le COR étudie plusieurs hypothèses qui permettraient de corriger cette dérive. Si l'effort portait uniquement sur les cotisants, il faudrait ainsi augmenter les cotisations dès 2016 de 0,3% à 2,1% selon les scénarios. S'il portait seulement sur les retraités, il faudrait instaurer à partir de 2016 un abattement de 0,8% à 6,6% sur le montant des pensions. Une troisième hypothèse porte sur l'âge effectif moyen de départ à la retraite, les autres critères restant inchangés : il devrait être porté à 64,4 ans en 2040 dans le scénario le moins défavorable et à 66,6 ans dans le plus dégradé. (Emmanuel Jarry, édité par Grégory Blachier)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le jeudi 16 avr 2015 à 09:03

    Il a fallu une étude pour dire ça!