France-Un très bon millésime se profile dans le vignoble bordelais

le
0

BORDEAUX, 1er octobre (Reuters) - Les vendanges s'annoncent prometteuses dans le Bordelais où les grandes appellations, qui ont bénéficié en septembre d'un soleil réparateur, laissent présager un très bon millésime après une année 2013 difficile. L'heure a notamment sonné pour le merlot, l'un des cépages de base du vin de Bordeaux rouge alors que les vins blancs secs ont déjà été engrangés dans les chais. A Saint-Emilion, Hubert de Bouard, copropriétaire de château Angelus, l'un des quatre grands crus classés A de l'appellation, se prépare à la récolte qui va débuter jeudi et se poursuivre la semaine prochaine. "Je ne suis pas du genre à parler d'un millésime d'exception, mais on se prépare à une jolie récolte", déclare-t-il. Celui qui est également consultant pour une cinquantaine de propriétés souligne que la météo défavorable du mois d'août ne prêtait pourtant pas à l'optimisme. "Il y aura sans doute de très bons vins cette année dans toutes les appellations du bordelais. Les merlots déjà récoltés apportent une note d'optimisme et les cabernet-sauvignon comme les cabernet-francs sont prometteurs", précise-t-il. Dans quasiment l'ensemble des 112.600 hectares du vignoble dont 88% concernent les rouges, le gros des vendanges débute cette semaine. Au château La Commanderie, grand cru classé de Saint-Emilion, les vendangeurs ont entamé leur tâche mercredi matin. C'est aussi le cas dans le Médoc. A Lafite-Rothschild, premier cru classé en AOC Pauillac, les premiers coups de sécateurs ont été donnés cette semaine et au château Margaux, 1er grand cru classé, "après deux petites parcelles de merlot précoce vendangées la semaine dernière, la grande récolte a commencé dès lundi", selon une porte-parole du château. Le président du Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB), Bernard Farges, se montre particulièrement satisfait après avoir connu en 2013 la plus petite récolte depuis 1991. Selon le CIVB, elle n'avait pas dépassé les 3,84 millions d'hectolitres (Mh) contre 5,25 Mh en 2012, 5,46 Mh en 2011 et même 5,70 Mh en 2010, qui était l'année de toutes les réussites avec une quantité et une qualité exceptionnelle. "En 2013, on a eu une récolte déficitaire d'un tiers en moyenne en volume sur l'ensemble du vignoble", explique-t-il à Reuters. "Cette année, la qualité est déjà constatée sur les blancs secs et grâce au soleil de septembre, on va atteindre dans les rouges les volumes d'une année normale". Pour le patron de la viticulture girondine, le vignoble bordelais "avait besoin de ça, mais nous ne rattraperons pas les pertes de 2013 en une année". (Claude Canellas, édité par Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant