France-Un proche de Sarkozy mis en examen dans le Kazakhgate

le
2

PARIS, 20 mars (Reuters) - Jean-François Etienne des Rosaies, chargé de mission à l'Elysée sous Nicolas Sarkozy, a été mis en examen dans l'enquête sur des soupçons de commissions perçues en marge de contrats conclus avec le Kazakhstan, a-t-on appris vendredi de source judiciaire. Cet ancien préfet s'est vu signifier au début de la semaine le chef de corruption publique d'agent étranger, notamment, a-t-on précisé. Dans le même dossier, le Sénat a levé mercredi l'immunité du sénateur centriste du Gers, Aymeri de Montesquiou. Le bureau et le domicile du sénateur, qui a été le représentant en Asie centrale de Nicolas Sarkozy, alors président de la République, ont été perquisitionnés dans le cadre de l'affaire liée à des contrats conclus avec le Kazakhstan. Les noms d'anciens proches de Nicolas Sarkozy et de son ex-secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant apparaissent dans cette affaire de rétrocommissions présumées en marge de contrats signés en 2010 entre l'Elysée et le Kazakhstan. Une information judiciaire a été ouverte le 18 mars 2013 pour blanchiment en bande organisée, corruption active d'agents publics étrangers et complicité et recel de ces délits. À ce jour, trois personnes dont une avocate niçoise ont été mises en examen et aucun proche de l'ex-président ne figure parmi elles. Mais d'après Le Monde, un ancien conseiller de Nicolas Sarkozy et une ex-chargée de mission de Claude Guéant sont également visés par l'enquête. Les contrats en question, de près de deux milliards d'euros, comprenaient l'acquisition par le Kazakhstan d'ici 2016 de 45 hélicoptères de l'ex-Eurocopter, rebaptisé Airbus Helicopters AIR.PA . La société, dont le site en région parisienne a été perquisitionné début septembre, assure que ce projet "a été et reste conduit de façon parfaitement légale et appropriée." Selon Le Monde, "Nicolas Sarkozy est soupçonné d'avoir fait pression en 2011 sur le Sénat belge, à la demande du président kazakh Noursoultan Nazarbaïev, afin d'adoucir le sort judiciaire de trois hommes d'affaires d'origine kazakhe poursuivis en Belgique". Jean-François Etienne des Rosaies est soupçonné d'avoir servi d'intermédiaire entre l'Élysée et le sénateur libéral belge Armand de Decker pour aider, par le vote d'une loi sur la transaction pénale, l'homme d'affaires ouzbek Patokh Chodiev, impliqué dans un dossier judiciaire de corruption en Belgique, écrivant le Monde en octobre dernier. En échange, Patokh Chodiev aurait assuré la France de son soutien pour un marché Eurocopter. (Gérard Bon, édité par Marine Pennetier)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5144843 le vendredi 20 mar 2015 à 09:26

    Des Rosaies n'est que l'exécutant de Sarkozy et donc non responsable sauf s'il a touché des coms!

  • M4958114 le vendredi 20 mar 2015 à 09:15

    une casserole de plus pour sarko !!