France-Un enregistrement clandestin relance l'affaire Kerviel

le
0
    * Une ancienne vice-procureure estime que la SocGen savait 
    * La banque dénonce une "manipulation" 
    * L'avocat de Jérôme Kerviel juge que le parquet s'est 
compromis 
 
 (Actualisé avec commission d'instruction, avocat) 
    PARIS, 18 janvier (Reuters) - La publication de 
l'enregistrement clandestin des propos d'une ancienne magistrate 
du parquet de Paris qui a suivi le dossier Kerviel relance 
l'affaire au moment où l'ancien trader entame un marathon 
judiciaire et demande la révision de son procès.  
    Selon des extraits de retranscriptions diffusés dimanche par 
Mediapart et 20 Minutes, Chantal de Leiris met en cause sa 
hiérarchie et son employeur, la Société Générale  SOGN.PA . 
    "Quand vous en parlez, tous les gens qui sont un peu dans la 
finance, ils rigolent, sachant très bien que la Société générale 
savait. La Société générale savait, savait, c'est évident, 
évident", déclarait-elle en juin 2015. 
    L'ancienne vice-procureure se confie à Nathalie Le Roy, la 
policière de la Brigade financière alors en charge de l'enquête, 
et qui avait elle-même exprimé ses doutes sur le dossier. 
    L'avocat de Jérôme Kerviel, David Koubbi, estime que "le 
parquet s'est gravement compromis" et a appelé l'exécutif à 
"mettre un terme à ces dysfonctionnements". 
    "Il s'agit d'une instruction qui a été manipulée par la 
Société générale. Nous assistons à un rapt de la justice par une 
certaine forme de finance (...) qui n'est pas acceptable", 
a-t-il dit aux journalistes.     
    La Société Générale déplore pour sa part une "nouvelle 
manipulation médiatique" qui "vise à faire pression sur la 
justice" à la veille de l'examen de la recevabilité de la 
demande de révision de la condamnation pénale de Jérôme Kerviel. 
    "La demande de révision est fondée sur le témoignage de 
Madame Le Roy, qui se base sur des éléments qui ne sont ni 
démontrés ni nouveaux, ni susceptibles de remettre en cause la 
culpabilité de Jérôme Kerviel", écrit-elle dans un communiqué 
transmis par son avocat, Me Jean Veil. 
     
    "PROCÉDÉ DÉLOYAL" 
    Le parquet de Paris a relevé "le procédé déloyal de cet 
enregistrement". 
    La commission d'instruction de la Cour de révision, première 
étape vers une éventuelle révision du procès de Jérôme Kerviel, 
a examiné ce lundi à huis-clos la recevabilité de la requête, en 
présence de l'ex-trader, qui ne s'est pas exprimé à son arrivée. 
La décision sera mise en délibéré.      
    Le nouveau procès civil de Jérôme Kerviel, rejugé pour sa 
responsabilité dans la perte de 4,9 milliards d'euros subie par 
la banque en 2008, doit s'ouvrir en outre mercredi devant la 
cour d'appel de Versailles. 
    L'ancien trader a été condamné définitivement à cinq ans de 
prison dont trois fermes en avril 2014. 
    Mais la Cour de cassation a rejeté la somme de 4,9 milliards 
d'euros de dommages-intérêts demandée par la Société Générale, 
soit l'équivalent de sa perte, en reprochant à la banque d'avoir 
failli dans ses mécanismes de contrôle.  
    Jérôme Kerviel soutient depuis le départ que la banque 
connaissait ses prises de risques sur les marchés et qu'elle les 
a couvertes. Il a porté plainte plusieurs fois contre son ancien 
employeur pour faux, escroquerie au jugement et subornation de 
témoin.  
    Dans les extraits diffusés, Chantal de Leiris évoque des 
liens de proximité entre des membres du parquet et certains 
avocats de la banque lors de l'enquête.  
     
    2,2 MILLIARDS DE RISTOURNE FISCALE 
    La policière Nathalie Le Roy, détachée de ses fonctions en 
mars dernier pour avoir fait part de ses doutes sur l'affaire, a 
dit avoir enregistré la magistrate à son insu, a indiqué 
l'entourage de Jérôme Kerviel. 
    Chantal de Leiris affirme notamment à l'ancienne commandante 
que le chef de la section financière du parquet lui a demandé de 
classer sans suite les premières plaintes de l'ancien trader, a 
rapporté David Koubbi. 
    "Mais c'est vrai ce que vous dites, vous avez été 
entièrement manipulée par la Société Générale", ajoute-t-elle à 
l'adresse de Nathalie Le Roy.   
    Pour Julien Bayou, conseiller régional écologiste 
d'Ile-de-France, si l'enregistrement est vrai, "c'est toute 
l'affaire Kerviel qui s'effondre pour faire place d'une part à 
un scandale Société Générale et d'autre part à une affaire 
d'Etat". 
    L'élu a engagé une procédure pour obtenir que l'Etat 
récupère les 2,2 milliards de ristourne fiscale accordées à la 
banque après ses pertes de 2008. 
    Le député Les Républicains Georges Fenech a estimé lundi sur 
France Info que ces nouvelles révélations posaient "la question 
du contrôle du système bancaire" et a demandé à Christiane 
Taubira "d'apporter des réponses". 
    "La commission d'instruction, au vu de ces éléments 
nouveaux, pourrait très bien ordonner un supplément 
d'information pour clarifier cette nouvelle situation. 
L'important est qu'on puisse en avoir le cœur net." 
 
 (Gérard Bon, édité par Yves Clarisse) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant