France-Un élu LR réclame le rétablissement de la peine de mort

le
2
    PARIS, 25 mars (Reuters) - Olivier Dassault, député Les 
Républicains (LR) de l'Oise, a réclamé vendredi, à la suite de 
l'arrestation de Salah Abdeslam et des attentats de Bruxelles, 
le rétablissement de la peine de mort en France pour les auteurs 
d'actes terroristes. 
    La veille, Xavier Bertrand, président LR de la région 
Hauts-de-France, avait déclaré sur BFM TV qu'il n'aurait pas 
voté l'abolition de la peine de mort en 1981 s'il avait été 
alors député. 
    "Ce n'est pas la simple représaille du retrait de la 
nationalité ou une peine de période de sûreté pouvant aller 
jusqu'à 30 ans qui effrayeront ces ennemis de la Liberté mais 
bien davantage la peur de tomber sous le couperet de la 
justice", estime dans un communiqué Olivier Dassault, dans une 
allusion aux débats actuels sur la déchéance de nationalité et 
la "perpétuité réelle". 
    Le député juge que les auteurs d'attentats "n'ont plus à  
recevoir de compassion de la part de notre Nation" et qu'avec la 
mise en place d'une "perpétuité effective", comme le propose 
notamment sa collègue LR Nathalie Kosciusko-Morizet, "on se 
voile la face" et que "cela ne perturbera jamais les projets 
diaboliques de ces bombes humaines". 
    "Il est du devoir des parlementaires de jouer pleinement 
leur rôle de législateur en adaptant les textes à chaque fois 
que leur pouvoir le leur permet", affirme l'élu. 
    "Ne laissons plus ces monstres agir, eux qui refusent notre 
modèle de société et propagent leur idéologie de mort. 
Combattons-les avec nos armes, celle d'un Etat de droit en 
rétablissant unanimement la peine de mort", poursuit Olivier 
Dassault. 
    Le député et une quarantaine de ses collègues LR (alors UMP) 
avaient déposé en 2006 une proposition de loi prévoyant le 
rétablissement de la peine de mort pour les auteurs d'actes 
terroristes. 
    "Aujourd'hui, avec le recul, je pense que supprimer la peine 
de mort a du sens à une condition : c'est que ceux qui en 
releveraient ne sortent jamais, jamais sortir de prison", a 
déclaré jeudi l'ancien ministre Xavier Bertrand. 
    "A l'époque, si j'avais été député, je crois que je n'aurais 
pas voté l'abolition de la peine de mort", a-t-il ajouté à 
propos du vote historique de 1981. 
    La peine de mort a été abolie en France en 1981. L'article 
66-1 de la Constitution, dans sa révision de février 2007, 
dispose que "nul ne peut être condamné à la peine de mort". 
 
 (Emile Picy, édité par Sophie Louet) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • danielk6 il y a 9 mois

    Dépêchons ça urgence la pollution continue en Europe,

  • cavalair il y a 9 mois

    Elle avait ete supprimee par un arriviste socialiste milliardaire droit de l'hommiste en France et on voit ou cela nous conduit.