France-Un concert de Sting redonne vie au Bataclan endeuillé

le
0
    PARIS, 12 novembre (Reuters) - Un émouvant concert de Sting 
a redonné vie samedi soir au Bataclan, un an après les attentats 
qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis, dont 90 dans la 
salle parisienne, entièrement rénovée depuis le drame.  
    Quelque 1.500 personnes, dont des survivants et des familles 
des victimes, ont assisté au concert du chanteur britannique, 
qui a entamé son tour de chant par une minute de silence à la 
mémoire des disparus. 
    "Ce soir nous avons deux tâches à concilier : d'abord se 
souvenir, honorer ceux qui ont perdu la vie dans l'attaque il y 
a un an. Ensuite, célébrer la vie, la musique que représente 
cette salle de spectacle historique" a déclaré Sting en 
français. 
    "Nous ne les oublierons pas", a ajouté le chanteur, qui a 
conclu son concert par "The Empty chair" ("La chaise vide") 
chanson dédiée à James Foley, journaliste américain décapité par 
l'État islamique en 2014 et "à toutes les familles qui ont perdu 
un être cher".  
    Entre ces deux moments bouleversants, la star a repris ses 
plus grands succès, dont "Englishman in New York", "Message in a 
bottle" ou "Roxanne", titre écrit à Paris en 1978 que Sting 
avait joué un an plus tard au Bataclan avec son groupe The 
Police.  
    Il n'était pas revenu sur la scène de la salle parisienne 
depuis.  
     
    "ON A OUBLIÉ LA PEUR"  
    Le trompettiste franco-libanais Ibrahim Maalouf est venu 
l'accompagner sur plusieurs morceaux, dont "Fragile", qui a 
lancé le concert.  
    Sting a aussi interprété plusieurs titre de son dernier 
album, "57th&9th", dont "I can't stop thinking about you" et 
"inch Allah", dédié aux migrants.  
    "C'était très beau. Il a mis en feu et on a oublié la peur 
que l'on pouvait avoir", a déclaré à Reuters une fan du chanteur 
ayant requis l'anonymat, Clémence, après le concert. 
    Un survivant des attaques, Adrien, a dit être venu en 
souvenir des défunts du 13 novembre, dont l'un de ses amis tué 
au Bataclan.  
     "Je suis venu par devoir, à la mémoire de ceux qui sont 
morts ici", a-t-il dit à Reuters.   
    On pouvait reconnaître dans le public la ministre de la 
Culture, Audrey Azoulay, la maire de Paris, Anne Hidalgo, la 
présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, et des 
artistes comme la chanteuse Lou Doillon et l'actrice Charlotte 
Rampling.  
    "Bien sûr ce soir il y a une émotion particulière. Mais moi 
je suis surtout venu voir un concert car j'adore ça", a dit à 
Reuters Fabien Tholon, consultant installé non loin du premier 
rang.  
    Les derniers mots de Sting avant de quitter la scène ont été 
:  "Vive le Bataclan".  
    La salle totalement rénovée doit accueillir prochainement 
d'autres artistes comme Youssou N'Dour et Marianne Faithfull.  
    Ce concert au Bataclan était l'un des temps forts d'un 
week-end dédié au souvenir des attaques de Paris.  
    Vendredi soir au Stade de France, les joueurs du match 
amical France-Suède ont observé une minute de silence en 
souvenir des victimes.  
    Le 13 novembre, les premières attaques avaient eu lieu aux 
abords de ce stade où se jouait un match amical de football 
France-Allemagne, en présence du président François Hollande.  
    Dimanche, le chef de l'Etat assistera, sans prendre la 
parole, aux cérémonies prévues sur les lieux des attentats. Des 
plaques commémoratives seront dévoilées, notamment devant le 
Bataclan.  
 
 (Elizabeth Pineau, édité par Julie Carriat) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant