France-Un chirurgien condamné après le décès d'un patient

le
0

STRASBOURG, 23 avril (Reuters) - Un chirurgien du centre hospitalier universitaire de Strasbourg a été condamné jeudi à un an de prison avec sursis pour un ensemble de fautes ayant conduit au décès d'un adolescent victime d'une fracture de la rate. Le parquet avait requis 18 mois de prison avec sursis et deux ans d'interdiction d'exercer, point sur lequel il n'a pas été suivi par les juges du tribunal correctionnel. "Raphaël Moog, praticien hospitalier en chirurgie pédiatrique expérimenté, a commis une faute caractérisée résultant de l'accumulation de défaillances non conformes aux bonnes pratiques et constituant des imprudences et négligences", affirme le tribunal pour caractériser l'homicide involontaire. Maxime Walter, jeune espoir du cyclo-cross régional qui allait avoir 16 ans, est décédé le 23 septembre 2008, trois jours après son admission aux urgences de l'hôpital de Strasbourg pour des douleurs abdominales consécutives à une chute de vélo. Alors qu'une fracture de la rate de grade 4 sur une échelle de 5, soit un cas grave et rare, et une hémorragie abdominale, étaient diagnostiquées peu après son admission, un dimanche vers 12h00, le chirurgien, qui était d'astreinte, ne s'était déplacé qu'en fin d'après-midi au chevet du garçon. Il avait opté pour un traitement non opératoire et il lui est reproché d'avoir maintenu sa prescription au-delà du raisonnable alors qu'en fin de journée, et après une série de transfusions, tous les signaux étaient au rouge. L'ablation de la rate n'avait été pratiquée que le lundi vers 10h00, sur un patient qui ne pouvait plus être sauvé selon les experts judiciaires. (Gilbert Reilhac, édité par Gregory Blachier)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant