France-Trois groupes en lice pour la reprise du voyagiste Fram

le
0

TOULOUSE, 18 novembre (Reuters) - Le tribunal de commerce de Toulouse rendra le 25 novembre sa décision sur la reprise du voyagiste Fram qui a déposé son bilan fin octobre, après avoir entendu mercredi les trois candidats. Le groupe de tourisme NG Travel, le groupe diversifié DocteGestio et le groupe Karavel-Promovances et son actionnaire LBO ont tous trois proposé de reprendre l'ensemble des activités placées en redressement judiciaire, soit les quatre entreprises Voyage Fram, Fram Agence, Plein Vent Voyages et Fram naturel. Le PDG de DocteGestio a annoncé mercredi à la presse avoir déposé un plan de continuation pour reprendre le voyagiste toulousain, et vouloir acquérir à terme 95% du capital de Fram, qui emploie 670 personnes dans une cinquantaine d'agences. Bernard Bensaid a déclaré "avoir déjà l'accord de certains actionnaires pour racheter un bloc de contrôle". "Je suis confiant sur le fait de pouvoir convaincre d'autres actionnaires avant le 25 novembre", a-t-il précisé, indiquant mobiliser en tout 5 millions d'euros pour le rachat et souhaitant conserver l'ensemble des salariés. DocteGestio, qui emploie 3.500 personnes répartis dans 90 établissements touristiques en France, s'est associé à un groupe franco-chinois, dont l'identité n'a pas été révélée. Le groupe affiche un chiffre d'affaires de 165 millions d'euros. Karavel-Promovances, candidat à la reprise de Fram depuis la mi-octobre, prévoit de reprendre 85% des effectifs du voyagiste (429 CDI), pour 10 millions d'euros, contre 2 millions initialement prévus, avec un retour au bénéfice d'ici deux ans. "Nous avons bâti un projet industriel pérenne pour constituer le premier pôle opérating en France depuis le rachat du Club Med par les Chinois", a assuré Alain de Mendonça, PDG de Promovacances. INCERTITUDE DES SALARIES Le groupe de tourisme NG Travel, qui possède notamment les marques Directours, Promoséjours et Kappa Clubs, a quant à lui présenté une offre de reprise pour un montant total de 10 millions d'euros. Le groupe conserverait ainsi 360 CDI et l'intégralité des CDD. "Notre projet à moyen terme est le plus solide car c'est celui qui a un ancrage régional mais il est moins bon au niveau social et financier", a concédé Jean-Louis Levy, avocat de l'agence de voyage toulousaine JPF Travel, associé à l'offre du groupe NG Travel qui affiche un chiffre d'affaires de 200 millions d'euros par an. Les représentants du personnel de Fram pencheraient plutôt pour l'offre de Karavel/LBO. Le voyagiste toulousain, fondé en 1949, a été placé le 30 octobre en redressement judiciaire pour une période de six mois par le tribunal de commerce de Toulouse. Un quatrième candidat a été entendu par le tribunal de commerce, la société Homair Vacances, spécialisée dans les séjours touristiques en mobilhomes, qui est uniquement intéressée par la filiale Fram Nature, qui gère un camping. Le groupe familial Fram a connu plusieurs années de pertes qui l'ont conduit à procéder à un plan social en 2012 et à se séparer de plusieurs hôtels au Maroc fin 2014. Touché de plein fouet par le printemps arabe, les récents attentats en Tunisie et, plus largement, par la désaffection des clients pour des destinations du Maghreb, Fram a réalisé en 2014 un chiffre d'affaires consolidé de 373 millions d'euros, en baisse de 8% par rapport à 2013. Le groupe, qui a fait voyager 400.000 personnes en 2014, a néanmoins enregistré un retour à un résultat net consolidé positif à hauteur de 4,4 millions d'euros. (Julie Rimbert, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant