France-Thierry Mandon insiste pour une primaire à gauche en vue de 2017

le
1

MARSEILLE, 14 décembre (Reuters) - Le secrétaire d'Etat à la Simplification, Thierry Mandon, persiste à juger "incontournable" l'organisation de primaires à gauche en vue de l'élection présidentielle de 2017, malgré le récent rappel à l'ordre de l'Elysée. "Il y a longtemps que je milite pour les primaires au PS. C'est une participation directe des citoyens au choix du candidat qui les représente qui me paraît incontournable", déclare-t-il dans le journal La Provence, paru dimanche. Thierry Mandon a été le premier membre du gouvernement à se prononcer sur ce sujet qui fait l'objet d'un vif débat au PS, provoquant une mise au point de François Hollande qui a appelé le gouvernement, lors du dernier conseil des ministres, à de la "clarté" dans les expressions publiques. Le secrétaire d'Etat affirme ne pas avoir été directement interpellé par le chef de l'Etat sur cette question. "J'ai vu dans la presse que le président avait fait une ou deux remarques. Mais pas à moi", dit-il. Thierry Mandon défend également l'extension contreversée à gauche de l'extension de l'ouverture des commerces le dimanche, une mesure qu'il juge sans "grand bouleversement". "Sous réserve de l'accord du maire, on va passer de l'autorisation d'ouvrir les magasins 1 dimanche sur 10, à 2 dimanches sur 10. Ca ne me paraît pas un grand bouleversement pour l'organisation de la société", dit-il. En revanche, l'ancien ministre PS Benoît Hamon annonce dans le Journal du dimanche qu'il votera contre l'extension du travail dominical. Il dénonce une triple erreur : "Economique : le bonus en croissance et en emploi est faible, voire famélique. Sociale : moins le travail le dimanche sera rare, moins bien il sera rémunéré. Et Sociétale: je ne vois pas les bienfaits d'une nouvelle extension du champ de la société de consommation". L'extension de l'ouverture des commerces le dimanche est prévue par le projet de loi pour la croissance et l'activité qui doit être examiné à partir du 22 janvier à l'Assemblée nationale et en mars au Sénat. (Jean-François Rosnoblet, édité par Gérard Bon)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le dimanche 14 déc 2014 à 14:17

    La gauche est dans le coma pour ne pas avoir pris conscience des réalités économiques mondiales.Elle défend les 25% des salariés français ont des "statuts spéciaux" et aucune obligation de résultat, et 100% des citoyens qui n'ont pas trop envie de bosser et qui bénéficient d'aides et d'allocations diverses.CONDAMNÉE POUR INCAPACITÉ À ÊTRE RESPONSABLE.