France-Tentative de cordon sanitaire autour de Thévenoud

le
0

* Le gouvernement dit souhaiter que Thévenoud quitte l'Assemblée * Des ministres admettent qu'il est difficile de l'y contraindre * Ils nient tout arrangement entre Thévenoud et le PS PARIS, 10 septembre (Reuters) - Le gouvernement s'efforce de dresser un cordon sanitaire autour de l'ex-secrétaire d'Etat au Commerce extérieur Thomas Thévenoud, en délicatesse avec le fisc, à défaut de pouvoir le contraindre à renoncer à son siège de député. Ce proche de l'ancien ministre de l'Economie Arnaud Montebourg a été écarté du gouvernement seulement neuf jours après sa nomination pour avoir omis de déclarer ses revenus au fisc et de payer ses impôts pendant trois ans. Il a aussi été écarté du Parti socialiste et du groupe PS à l'Assemblée nationale mais refuse de céder son siège de député. Le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen, l'a accusé d'avoir menti en affirmant qu'il ne lui avait pas été demandé de renoncer aussi à ce siège. "Il ment (...) Je vous confirme ce matin que (le premier secrétaire du PS) Jean-Christophe Cambadélis lui a demandé de quitter l'Assemblée nationale", a-t-il dit à BFM TV et RMC. A quelques jours d'un vote de confiance crucial pour le nouveau gouvernement de Manuel Valls, plusieurs dizaines de députés PS frondeurs et une partie des élus écologistes menaçant de s'abstenir, Thomas Thévenoud a annoncé qu'il voterait pour. "Je ne lui demande pas de voter la confiance", a déclaré Jean-Marie Le Guen. "Ce n'est pas souhaitable." Le président du groupe PS à l'Assemblée, Bruno Le Roux, a jugé sur France 2 que Thomas Thévenoud n'était pas en situation d'assumer son mandat et devait en tirer les conséquences. La ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, a dit sur Radio Classique et LCI ne pas croire "une seconde" à des "petits arrangements" avec Jean-Christophe Cambadélis pour que Thomas Thévenoud vote la confiance le 16 septembre. RENDRE DES COMPTES Le président de l'Assemblée nationale a aussi estimé que PS et gouvernement n'avaient aucun moyen de l'obliger à renoncer à son siège et en a appelé à sa "conscience". "Il faut que Thomas Thévenoud puisse rendre des comptes à l'administration. Le cas échéant, s'il y a des dérives, il se retrouvera au pénal et chacun aura à prendre ses responsabilités politiques", a cependant ajouté Claude Bartolone sur Europe 1. Le groupe UMP à l'Assemblée a demandé l'ouverture d'une enquête pour déterminer s'il y avait eu ou non fraude fiscale. Claude Bartolone s'était opposé au renforcement des règles de transparence imposé par François Hollande aux parlementaires après l'affaire Jérôme Cahuzac, le ministre du Budget convaincu de mensonges sur son compte bancaire secret en Suisse. A l'instar d'autres dirigeants socialistes, le président de l'Assemblée n'a cependant aujourd'hui de cesse de faire valoir que ce dispositif a permis de vite régler le cas Thévenoud. "Il y a amélioration. Il fut un temps où pouvaient se passer des années avant que les gens soient découverts" a-t-il dit. "Il faut montrer qu'il y a une transparence totale." Une telle affaire est un "coup d'acide" qui risque de fragiliser le lien entre citoyens et élus, a-t-il souligné. "Je trouve ça déplorable, ça nous fait du tort à tous, ça contribue à déprimer les Français", a renchéri sur France Inter la ministre de la Justice, Christiane Taubira. Tout en niant être un fraudeur et en assurant avoir régularisé sa situation, Thomas Thévenoud a admis des "négligences", non seulement vis-à-vis du fisc mais aussi du propriétaire de son ancien appartement parisien, dont il n'a pas réglé le loyer pendant plusieurs années. Elu en 2012 député de Saône-et-Loire, il a aussi omis de déclarer une auto-entreprise créée juste avant son élection pour, dit-il, rémunérer la femme de ménage de sa permanence. "C'est la seule solution que j'avais trouvée à l'époque. Aujourd'hui, cette entreprise est dissoute et j'ai trouvé une autre solution", a-t-il expliqué dans une interview à MetroNews. Il a également invoqué, dans une déclaration au Canard enchaîné, une "phobie administrative". (Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant