France-Tensions à Sivens deux jours avant un vote décisif

le
1

TOULOUSE, 4 mars (Reuters) - La tension était mercredi forte entre les militants écologistes qui occupent le site du projet controversé de barrage à Sivens et les agriculteurs favorables à la retenue, deux jours avant un vote décisif du conseil général du Tarn. Un agriculteur de la vallée du Tescou où le conseil général avait prévu de construire le barrage dit avoir été agressé mardi à la hache et à la serpette par des "zadistes" alors qu'il se trouvait sur l'une de ses parcelles en bordure du site. La préfecture du Tarn a confirmé à Reuters qu'un agriculteur était venu porter plainte mardi à la suite d'une blessure à la main lors d'une altercation avec cinq "zadistes". "Nous étions en train d'accéder à ma parcelle lorsque nous nous sommes retrouvés nez-à-nez avec des zadistes armés de haches et de serpettes qui nous ont attaqués alors que nous étions à mains nues", a déclaré à Reuters l'agriculteur en question, qui dit avoir été blessé à la main. Mobilisé avec une centaine d'autres agriculteurs qui bloquent depuis lundi les deux accès à la "Zad", ce riverain pro-barrage évoque le climat de "tension extrême" qui règne. "Cela pourrait encore dégénérer", s'inquiète l'agriculteur en allusion à la mort du militant écologiste Remi Fraisse tué en octobre 2014 par une grenade offensive tirée par les forces de l'ordre lors d'affrontements avec les opposants au barrage. Les agriculteurs qui participent à l'action de blocage exigent le maintien du projet initial de barrage et l'évacuation des militants qui bloquent l'accès aux parcelles, contrairement aux décisions de justice leur ordonnant d'évacuer le site. Les "zadistes" plaident la légitime défense face à des pro-barrage "très agressifs" qui selon eux contournent le dispositif des forces de l'ordre pour "aller au combat". Quelque 300 policiers et gendarmes sont mobilisés en différents points du département du Tarn et autour du site. Les forces de l'ordre ont bloqué mercredi quelque 200 manifestants rassemblés à Gaillac pour former un "convoi alimentaire" destiné aux zadistes cernés depuis trois jours par des agriculteurs à Sivens. A l'arrêt depuis octobre, le projet initial de barrage-réservoir de 1,5 million de m3 d'eau porté par le Département du Tarn sur le Tescou, à hauteur de la forêt de Sivens, a été définitivement enterré mi-janvier par la ministre de l'Écologie Ségolène Royal à la suite d'un rapport d'experts défavorable. L'assemblée départementale du Tarn, maître d'ouvrage du projet de barrage, débattra vendredi à Albi de l'alternative à la retenue initialement envisagée qui lui a été proposée par les experts du ministère de l'Ecologie, à savoir un réservoir plus modeste sur le site de Sivens ou un ensemble de trois retenues latérales ou collinaires dont une à Sivens. Le vote des conseillers généraux se fera sous la pression des différents protagonistes du dossier puisqu'opposants et défenseurs du projet de barrage ont d'ores et déjà appelé à des rassemblements à Albi vendredi matin. (Johanna Decorse, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • brenot le mercredi 4 mar 2015 à 18:26

    Apparement le gouvernement ne lutte pas contre tous les terrorismes.