France Télévisions : Copé pour le maintien de la pub en journée

le
0
Les chaînes privées verraient la taxe sur leurs recettes publicitaires réduite à 0,5%.

Tout le monde est d'accord: il y aura encore de la publicité en journée sur France Télévisions. La question est de savoir jusqu'à quand? Le gouvernement a décidé d'un moratoire de deux ans avant la suppression de la pub en journée. Mais mardi, les députés sont allés plus loin. Le groupe de travail animé tout l'été par Michèle Tabarot, présidente de la commission des affaires culturelles, et relatif à la publicité sur France Télévisions a estimé: «Il faut que le moratoire dure a minima la durée du mandat du président de France Télévisions, c'est-à-dire cinq ans», a martelé Jean-François Copé, président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, et d'ajouter: «Ce moratoire pourrait durer éternellement.» Aujourd'hui, le patron des députés UMP ne le cache plus: «Je n'ai jamais cru à la nécessité de supprimer la publicité en journée et aujourd'hui l'État a besoin d'argent.»

Il a donc fallu deux ans aux parlementaires pour amender en douceur l'un des points les plus sensibles de la réforme de France Télévisions qui reposait sur la suppression totale de la publicité sur le service public. Dès le printemps 2008, la commission Copé avait fait la moitié du chemin en préconisant son maintien provisoire en journée.

Désormais, il appartient à la loi de finances de fixer définitivement le dispositif. Pour l'instant, le gouvernement, par la voix de Frédéric Mitterrand, fait de la résistance. Le ministre de la Culture et de la Communication est favorable à un moratoire limité à deux ans. De même, il souhaite durcir les règles du parrainage. Le groupe du travail revient aussi sur ce point. «Nous souhaitons le maintien de toutes les exceptions: de la pub en région à celle sur les supports numériques », a encore affirmé Jean-François Copé qui, au nom du groupe de travail, estime que «le parrainage doit rester sur les antennes. Mais nous tenons à ce que les programmes commencent strictement à 20h35. L'horaire, c'est l'horaire».

Les députés se sont, en revanche, bien gardés de prendre position sur une éventuelle ouverture du capital de la régie publicitaire. Elle a vocation à devenir le bras armé du pôle commercial de France Télévisions. Les recettes commerciales (hors pub) représentent 16% du chiffre d'affaires de la BBC mais seulement 4% de celui de France Télévisions. En contrepartie, le groupe de travail préconise d'assouplir le régime des chaînes privées qui acquittent une taxe sur leurs recettes publicitaires, pour financer la fin des écrans pub après 20 heures. «La preuve est là qu'il n'y a pas eu de reports publicitaires massifs sur les chaînes privées. Il serait donc juste de fixer la taxe à 0,5% du chiffre d'affaires publicitaires au lieu des 3%.» Étrangement, la taxe de 0,9% à laquelle sont assujettis les opérateurs télécoms est maintenue. Ceux-ci ont porté plainte à Bruxelles. «Nous attendons la réponse de la commission», éludent les députés.

LIRE AUSSI :

» Un sursis de deux ans pour la pub sur France Télévisions

» Pub : France Télévisions répond à TF1

» France Télévisions dépasse ses objectifs pub

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant