France Télécom : une crise de gouvernance sans doute évitée

le
0
DR
DR
(lerevenu.com) - Lors de l'émission Capital (M6), François Hollande a déclaré que les trois représentants de l'Etat au conseil d'administration de l'opérateur, qui se tient ce lundi, voteraient en faveur du maintien de Stéphane Richard à son poste de P.-D.G. : « Tant que Stéphane Richard peut être dirigeant de cette entreprise, sans qu'il y ait de conséquence de la procédure judiciaire [liée à l'arbitrage Tapie-Crédit Lyonnais], il restera ». François Hollande a aussi expliqué qu'il ne voulait rien faire qui puisse déstabiliser France Télécom et ses 170.000 salariés.

Par ailleurs, dans la même émission, le président de la République a expliqué que l'Etat n'avait aucun intérêt, au vu des cours actuels des deux titres, à réduire ses participations dans GDF Suez (36,7%) et France Télécom (27%). En fin de matinée, les deux titres affichaient une progression notable, et particulièrement l'action de l'opérateur, en hausse de plus de 4%, dans un marché de titres échangés, il est vrai très inférieur (3,4 millions) à celui du volume des séances précédentes, compris entre 7 millions et 9 millions de pièces.

Dans une note sur la valeur, l'analyste de CM-Securities explique que France Télécom peut d'autant moins se permettre une nouvelle crise de gouvernance que l'importance de ses effectifs comparés à ceux des autres opérateurs télécom traduit une structure de coûts bien moins flexible. Et même après le second plan de retraite anticipé qui réduira les effectifs de 30% en France d'ici à 2020, la productivité de France Télécom restera très inférieure à celle de ses concurrents.

Conserver.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant