France Télécom reste menacé d'une séparation du réseau

le
0
L'autorité de la concurrence recommande au régulateur de tester la possibilité de filialiser le réseau, sur le modèle RFF-SNCF.

Séparation fonctionnelle: deux mots un peu abscons qui sont la véritable hantise de France Télécom. Car ils recouvrent une réalité bien concrète, celle d'une éventuelle séparation du groupe en deux, avec d'un côté le réseau d'infrastructures, et de l'autre les services, un peu sur le modèle de RFF et de la SNCF. Une éventualité que France Télécom a toujours repoussé, jugeant que son réseau était son bien le plus précieux. Et l'opérateur argue que la séparation comptable déjà mise en œuvre entre ses activités de réseau et ses activités de services, garantit une transparence des prix vis-à-vis de la concurrence.

La séparation fonctionnelle est un des outils à la disposition des régulateurs nationaux pour rééquilibrer les forces en présence sur le marché, s'ils jugent que la concurrence fonctionne mal. En France, l'Autorité de régulation des communications électroniques et des Postes (Arcep) en dispose donc dans sa boîte à outils pour réguler

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant