France Télécom livre des précisions sur le scénario de la panne

le
0
LA PANNE CHEZ ORANGE
LA PANNE CHEZ ORANGE

PARIS (Reuters) - France Télécom a indiqué mercredi que la panne qui a affecté ses services le week-end dernier était liée à un incident logiciel survenu sur un de ses équipements qui avait subi une mise à jour 48 heures plus tôt.

Auditionné par la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale, le PDG du premier opérateur télécoms français Stéphane Richard a apporté des précisions sur le scénario de la panne géante qui a affecté ses 26 millions d'abonnés ainsi que les clients des opérateurs qui louent son réseau.

L'incident a affecté un équipement stratégique pour l'opérateur, un ensemble de serveurs informatiques qui ont pour mission d'authentifier et de localiser en permanence tous les abonnés, d'où l'ampleur rarissime de la panne survenue vendredi en début d'après-midi, le jour des résultats du baccalauréat.

"Chaque année, on procède (...) à des mises à jour de ces équipements", a expliqué Stéphane Richard devant les députés, précisant qu'une de ces mises à jour était intervenue 48 heures avant la panne.

"Il semblerait que ce soit lors de cette mise à jour qu'il y ait eu un problème, un dysfonctionnement. C'est l'origine, la cause source de l'incident", a-t-il ajouté.

Circonstance aggravante, aucune alerte ne s'est déclenchée à la suite de cette anomalie, empêchant la mise en route d'équipements de secours.

Stéphane Richard a précisé que le travail d'expertise sur les causes de l'incident n'était pas encore complètement achevé mais il a d'ores et déjà exclu une attaque informatique ou une surcharge de trafic.

Les équipements concernés, un ensemble de 27 machines localisées sur différents sites, ont tous été fabriqués par l'équipementier franco-américain Alcatel-Lucent. Ce système, désigné techniquement par le nom de Home Location Register (HLR), venait d'être mis en place en mai dernier.

Sa mise à jour est effectuée par les experts d'Alcatel en collaboration avec les équipes de France Télécom.

"C'est un travail commun", a assuré Stéphane Richard qui s'est défendu de vouloir faire porter les responsabilités sur l'équipementier.

DES ÉQUIPEMENTS FABRIQUÉS PAR ALCATEL

"Nous continuons de travailler diligemment avec Orange et d'autres fournisseurs pour identifier la cause racine de la perte des services voix et données intervenus vendredi", a pour sa part indiqué Alcatel dans une déclaration transmise à Reuters.

"À ce stade, nous savons que cet incident a créé une surcharge anormale du logiciel fourni par Alcatel-Lucent", a ajouté l'équipementier.

France Télécom, qui va indemniser tous ses abonnés en leur offrant une journée de communication gratuite la semaine de la rentrée, estime que l'incident devrait lui coûter au total quelques dizaines de millions d'euros.

Le chiffre précis sera communiqué à l'occasion de la présentation des résultats semestriels du groupe le 26 juillet, a précisé Stéphane Richard.

Le PDG a remis un premier rapport ce mercredi à la ministre de l'Economie numérique Fleur Pellerin, qui doit également recevoir les autres opérateurs.

France Télécom a par ailleurs engagé un audit interne dont les conclusions sont attendues pour le 10 septembre, a indiqué son dirigeant, précisant qu'un rapport d'étape serait réalisé d'ici la fin de ce mois.

Stéphane Richard doit également être reçu prochainement par le président de l'Arcep, le régulateur français des télécoms.

Gwénaëlle Barzic et Leila Abboud, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant