France-Taubira redit son opposition à la déchéance de nationalité

le
3
    PARIS, 7 janvier (Reuters) - La ministre de la Justice 
Christiane Taubira a réitéré jeudi son opposition à la déchéance 
de nationalité française pour les binationaux coupables d'actes 
de terrorisme, une mesure dont Manuel Valls a mis en exergue "la 
grande portée symbolique". 
    "Je ne fais pas mystère du fait que oui, je pense que la 
déchéance de la nationalité n'est pas souhaitable pour les 
Français binationaux", a-t-elle dit sur iTELE. 
     Pour Christiane Taubira, l'efficacité de cette mesure, "et 
le Premier ministre en a convenu sans difficulté, est absolument 
dérisoire", alors que, par contre, "ça touche à un pilier 
important" de la démocratie. 
    Elle a néanmoins assuré que sa loyauté envers le président 
François Hollande, à l'origine de cette proposition, était 
"toujours totale". 
    Manuel Valls est monté en première ligne mercredi pour 
défendre les mesures proposées par l'exécutif pour renforcer la 
lutte contre le terrorisme. 
    S'agissant de la déchéance de nationalité, le chef du 
gouvernement a estimé qu'elle ne portait pas atteinte au droit 
du sol, ni à la binationalité.  
    "Cette mesure (...) rappelle qu'être français, binational ou 
pas, naturalisé ou de naissance, par le sang ou par le sol, 
c'est partager les mêmes valeurs, une même espérance, se 
retrouver dans l'épreuve et dans les souffrances", a-t-il dit. 
  
 
 (Yann Le Guernigou) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M940878 il y a 11 mois

    mais comment pouvons-nous avoir un tel ministre qui a la haine des français ?

  • bsdm il y a 11 mois

    Elle se séparera de son 4ieme ou 5ieme directeur de cabinet et encore d'une demi-douzaine de conseillers techniques et elle n'en trouvera pas de nouveaux compétents

  • janaliz il y a 11 mois

    Un ministre, ça ferme sa G... ou ça démissionne (Chevènement). Les états d'âme (encore faut-il qu'elle en ait une) de Taubira, sont le cadet de nos soucis, c'est-à-dire de 90% des Français...