France Soir mis en liquidation judiciaire

le
3

PARIS (Reuters) - Le tribunal de commerce de Paris a prononcé lundi la liquidation de France Soir, ancien quotidien populaire fondé en 1944 par Pierre Lazareff, annoncent les syndicats du titre.

Le quotidien n'était plus en réalité qu'un site internet employant 49 salariés depuis décembre 2011.

Il avait été racheté par Alexandre Pougachev, le fils du milliardaire russe Sergueï Pougachev, en mars 2010.

Le jeune patron de presse y a injecté 75 millions d'euros mais les ventes n'ont pas été à la hauteur des attentes même si elles s'étaient redressées pour atteindre 74.218 exemplaires en diffusion payée France en 2010.

Alexandre Pougachev avait ensuite fait passer le titre au tout numérique, synonyme de 89 suppressions d'emplois sur un total de 127 salariés, en évoquant un retour à l'équilibre "d'ici à quatre ans". L'expérience a fait long feu.

Une seule offre de reprise a été récemment déposée par Robert Lafont, le PDG de Lafont Presse, spécialisé dans la presse "low cost". Mais elle a été repoussée à l'unanimité par les salariés et les élus du comité d'entreprise le 19 juillet.

Dans un communiqué, les syndicats regrettent que le tribunal de commerce n'ait pas accordé quelques jours supplémentaires pour examiner une éventuelle offre de reprise de l'ancien propriétaire de France Soir de 2006 à 2009.

Contacté par le comité d'entreprise, le promoteur immobilier Jean-Pierre Brunois voulait se donner le temps de la réflexion.

Selon le texte, Alexandre Pougachev a "donné le coup de grâce en conseillant lui-même la liquidation" devant le tribunal.

Les syndicats jugement également le silence du gouvernement sur ce dossier "intolérable".

Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M169421 le lundi 23 juil 2012 à 21:08

    Syndicats français,bons à prendre les cotisations pour s'attribuer également de bons salaires.Pour le reste,ils s'en moquent!

  • chatnour le lundi 23 juil 2012 à 19:26

    Enfin une bonne nouvelle ! Le syndicat du livre-cgt aura fini par avoir la peau de ce journal, depuis le temps qu'il sciait la branche, elle aura fini par tomber ; le manque de talent et de professionnalisme des folliculaires aura fait le reste !

  • duine le lundi 23 juil 2012 à 19:23

    encore les syndicats du livre qui font mourir un journal...