France-Sixième mobilisation contre la réforme du Code du travail

le
0
    PARIS, 9 avril (Reuters) - Des salariés, des étudiants et 
des lycéens ont commencé samedi à défiler pour la sixième fois 
en un mois dans toute la France pour obtenir le retrait du 
projet de réforme du Code du travail, malgré les modifications 
apportées en commission parlementaire. 
    L'intersyndicale CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL et 
FIDL, qui a déjà prévu une nouvelle mobilisation le 28 avril, 
entend maintenir la pression sur le gouvernement. 
    Après les rassemblements du 31 mars, qui ont réuni entre 
390.000 et 1,2 million de personnes, les défilés de mardi 
dernier n'avaient réuni que 23.800 manifestants dans toute la 
France, selon le ministère de l'Intérieur. 
    "Je dis solennellement au gouvernement : commencez bien à 
réfléchir", a déclaré sur France Info le secrétaire général de 
FO, Jean-Claude Mailly. "Nous nous inscrivons dans la durée." 
    Le secrétaire national du Parti communiste français, Pierre 
Laurent, a mis en garde le gouvernement dans Le Parisien de 
samedi, l'exhortant à retirer son projet. 
    "Avant qu'il ne soit trop tard pour lui, le gouvernement 
ferait bien d'écouter ce qui se dit dans les rues", a-t-il dit. 
    La commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale 
a pourtant modifié le projet pour tenter d'amadouer l'opposition 
à la fois des syndicats et des petites et moyennes entreprises. 
    La commission, qui a achevé jeudi l'examen du projet de loi 
avant son arrivée en séance plénière le 3 mai, l'a modifié afin 
d'aider les petites et moyennes entreprises sur la question des 
licenciements et en votant des amendements en faveur des 
salariés, par exemple pour protéger du licenciement les mères à 
leur retour d'un congé maternité.   
    Mais les opposants continuent à exiger le retrait du projet 
et le mouvement "Nuit debout" essaime au-delà de la place de la 
République à Paris, où il est installé depuis le 31 mars, dans 
de grandes villes de province. 
    Après les consultations de mercredi entre les organisations 
de jeunesse et les ministres du Travail, de l'Education 
nationale et de la Jeunesse, le gouvernement prépare des 
propositions qui doivent être dévoilées lundi par Manuel Valls à 
l'occasion d'une nouvelle réunion, cette fois à Matignon. 
    L'idée d'une allocation financière pour les jeunes diplômés 
est notamment sur la table. 
    Le président de l'Unef, William Martinet, s'était montré 
mercredi optimiste, tout en maintenant son opposition au projet 
de loi. "Nous avons la conviction que nous arrivons à avancer", 
avait-il déclaré.   
 
 (Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant