France-Sarkozy prône un "contre-choc" fiscal de E20 à 30 milliards

le
4
    PARIS, 2 décembre (Reuters) - L'économie française a besoin 
d'"un contre-choc fiscal" d'au moins 20 à 30 milliards d'euros 
pour permettre notamment aux entreprises, "en situation de 
danger absolu", d'embaucher, a déclaré mercredi Nicolas Sarkozy. 
    Invité d'Europe 1, l'ancien chef de l'Etat, qui compte se 
présenter à l'élection présidentielle de 2017, a précisé en 
outre sa proposition d'une dégressivité de l'assurance chômage 
"à partir d'un an". 
    "Depuis bientôt quatre ans, la France a subi un choc fiscal 
sans précédent qui désespère les ménages, pas simplement les 
plus aidés, les ménages tout court y compris les retraités 
modestes, et met nos entreprises en situation de danger absolu", 
a dit le prédécesseur de François Hollande. 
    "Le choix d'un contre-choc fiscal, je veux dire de baisse 
des impôts, il n'y a pas d'alternative", a-t-il poursuivi, 
chiffrant cette mesure "au minimum entre 20 et 30 milliards 
d'euros". 
    Nicolas Sarkozy a notamment insisté sur la réduction du 
"poids des charges sur les emplois existants" et la réforme de 
la fiscalité sur le patrimoine et l'épargne. 
    Il s'est prononcé pour le rétablissement de l'universalité 
des allocations familiales, désormais modulées en fonction des 
revenus des ménages. 
    "Je suis pour l'universalité des allocations familiales 
parce qu'elles sont payées par des cotisations qui elles-mêmes 
sont déplafonnées", a-t-il déclaré, dénonçant une "démolition de 
la politique familiale". 
    Face à la hausse du chômage, "tout doit être fait pour 
encourager ceux qui n'ont pas d'emploi à reprendre un emploi", a 
réaffirmé le président des Républicains. 
    "Tout le montre (...), une certaine dégressivité, qui ne 
doit pas être trop rapide, au bout d'un an notamment, permet 
d'encourager à la reprise d'un emploi ou d'une formation", 
a-t-il expliqué. 
    "La reprise d'une certaine dégressivité à partir d'un an est 
absolument incontournable", a souligné Nicolas Sarkozy. 
 
 (Sophie Louet) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6998582 le mercredi 2 déc 2015 à 09:23

    Dommage qu'il oublie de dire que le matraquage fiscal c'est lui qui l'a commencé bien avant l'arrivée de FH

  • mucius le mercredi 2 déc 2015 à 09:11

    Contrechoc qu'il ne fera pas. S'il est élu il prendra des ministres d'ouverture comme en 2007 et continuera la politique de Hollande.

  • M3121282 le mercredi 2 déc 2015 à 09:02

    gribouille essaie d'exister, mais ce n'est pas gagner car on le connait maintenant et le souvenir n'est pas bon

  • M2723293 le mercredi 2 déc 2015 à 08:37

    Je suis dans un milieu ou lesallocs familiales servent à payer le coiffeur de madame et son passage à Parly 2Est-ce bien raisonnable ?

Partenaires Taux