France-Sarkozy exhorte les députés LR à voter la déchéance

le
0
 (Actualisé avec François Fillon, §§ 6-8) 
    PARIS, 9 février (Reuters) - Nicolas Sarkozy a exhorté mardi 
les députés Les Républicains réunis à huis clos à voter la 
déchéance de nationalité pour les personnes condamnées pour 
terrorisme, mesure proposée par le gouvernement qui doit être 
soumise au vote en fin de journée, a-t-on appris de sources 
parlementaires. 
    "M. Hollande nous propose d'inscrire la déchéance dans la 
Constitution. Le Conseil d'Etat a dit c'était nécessaire. Je 
souhaite que vous votiez oui", a déclaré le président des 
Républicains selon des députés LR présents.  
    S'adressant à l'ancien Premier ministre François Fillon qui 
appelle à voter non, l'ex-chef de l'Etat a indiqué qu'il aurait 
préféré en "débattre en bureau politique". 
    "C'est un débat intéressant et beaucoup plus important qu'on 
ne le dit", a poursuivi Nicolas Sarkozy. "Après les 130 morts, 
nous avons pris un engagement, celui de ne jamais se comporter 
en petit politicien devant un tel drame." 
    "La question c'est : quand il y aura un nouvel attentat en 
France. A tous, on demandera des comptes. Au prétexte qu'une 
mesure ne serait plus pleinement suffisante on ne la vote pas ? 
A ce compte-là, on ne fait rien, c'est de l'impuissance. La 
seule question (est) : vous avez été au rendez-vous ou pas ? Il 
ne faut pas être dans des préoccupations politiciennes mais dans 
la seule position raisonnable et responsable". 
    Chef de file des "nonistes" à droite, François Fillon a 
défendu sa position devant les députés de son camp. 
    "Il n'y a pas de tactique qui compte", a-t-il dit, selon une 
transcription de son intervention fournie par son service de 
presse. 
    "Jouer la comédie à Versailles (où pourrait se réunir le 
Congrès pour voter la révision, NDLR) n'est pas ma conception 
d'une République lucide et déterminée. Je respecte les opinions 
de chacun mais je veux qu'on respecte les miennes", a-t-il 
ajouté, selon cette même transcription.        
    L'Assemblée nationale se prononcera mercredi après-midi par 
un vote solennel sur l'ensemble du projet de loi qui sera 
examiné par le Sénat vers la mi-mars. 
 
 (Emile Picy, avec Simon Carraud, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant