France-Sarkozy est "dangereux" pour l'alternance-Lagarde

le
5
    * Lagarde critique "l'obsession" de Sarkozy pour Bayrou 
    * Le dirigeant centriste estime qu'il ferait perdre la 
droite 
    * Sarkozy multiplie les attaques contre Juppé 
 
    PARIS, 3 novembre (Reuters) - Nicolas Sarkozy, qui concentre 
ses attaques sur son grand rival Alain Juppé quelques heures 
avant un nouveau débat des candidats à la primaire 
présidentielle de la droite, est "dangereux" pour l'alternance, 
a dit jeudi le centriste Jean-Christophe Lagarde. 
    Le président de l'Union des démocrates et indépendants (UDI) 
qui s'est rangé derrière la candidature de l'ancien Premier 
ministre de Jacques Chirac, largement en tête dans les sondages, 
a estimé que "l'obsession" de Nicolas Sarkozy envers le 
centriste François Bayrou divisait la droite et le centre. 
    "La seule chose qui ferait en 2017 de François Bayrou à 
nouveau un candidat à la présidence de la République, ce serait 
la victoire de Nicolas Sarkozy, et en cela, je pense que Nicolas 
Sarkozy est désormais un candidat dangereux pour l'alternance", 
a-t-il expliqué sur Europe 1. 
    "Si d'aventure Nicolas Sarkozy, avec son comportement (...) 
avec cette division qu'il apporte dans la primaire, venait à 
l'emporter, à ce moment-là nous risquons de perdre, d'abord 
parce que la gauche pourrait se rassembler beaucoup plus 
facilement contre Nicolas Sarkozy que contre Alain Juppé", 
a-t-il ajouté. 
    Le dirigeant de l'UDI a aussi critiqué la campagne droitière 
de l'ancien président et n'a pas exclu une candidature centriste 
en cas de victoire de Nicolas Sarkozy à la primaire. 
    "On ne peut pas chercher à rassembler les voix du centre et 
de l'extrême droite et c'est l'erreur commise par Nicolas 
Sarkozy. Plus ça va, plus il s'éloigne des valeurs du centre", a 
dit Jean-Christophe Lagarde. 
     
    SARKOZY ATTAQUE JUPPE SUR FACEBOOK 
    L'ancien président et François Bayrou sont en guerre ouverte 
depuis que le centriste a voté pour François Hollande au second 
tour de la présidentielle de 2012, et la perspective de la 
primaire de la droite et du centre, pour laquelle Alain Juppé 
est favori, a ravivé une détestation réciproque. 
    Nicolas Sarkozy et ses soutiens ont pressé mercredi Alain 
Juppé de clarifier les termes de son rapprochement avec le 
dirigeant du MoDem, agitant la menace d'une majorité "otage" 
d'un centre "girouette" hostile aux réformes.   
    Sur son compte Facebook, l'ancien président est revenu 
mercredi soir, à la veille du débat de ce jeudi entre les 
candidats à la primaire, sur tout ce qui le sépare d'Alain 
Juppé, sans jamais parler des autres candidats. 
    "Alain Juppé, marqué probablement par son expérience des 
réformes bloquées par la rue en 1995 et par la dissolution (de 
1997-NDLR), pense qu'il faut se hâter lentement, que la réforme 
doit être nuancée et conduite sans modifier le cadre existant", 
dit-il dans un post intitulé "Cartes sur table". 
    "Nous avons trop subi la fameuse 'gestion du temps' de 
François Hollande pour une nouvelle fois y céder", a-t-il ajouté 
en énumérant toutes ses divergences économiques, politiques et 
sociétales avec son rival. 
    "Reste un dernier sujet, qui au fond synthétise tous les 
autres : notre position respective vis-à-vis de François 
Bayrou", conclut-il. "Alain Juppé souhaite en faire son 
compagnon d'alternance, en négociant avec lui une centaine de 
circonscriptions. Je pense qu'on ne peut pas sortir du 
socialisme en confiant les clés de la future majorité à celui 
qui nous y a fait entrer, en votant pour François Hollande." 
 
 (Chine Labbé, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1461628 il y a un mois

    Populiste arrogant surfant sur les peurs maniant la démagogie et le clivage dans le seul but d'arriver à ses fins .....l'immunité présidentielle ......Sarkozy ment sur Bygmalion comme sur le reste et n'assume aucune responsabilité au fonds cela reflète un mépris profond des français

  • M1461628 il y a un mois

    Après Envoyé spécial sur Bygmalion ne pas voter contre Sarkozy aux primaires c'est renoncer à une certaine idée de la démocratie qu'on soit de droite du centre ou de gauche .AJ pour 2017

  • M1461628 il y a un mois

    Un candidat doublement mis en examen n'a aucune leçon républicaine à donner aux français, le peuple de France est libre

  • M1461628 il y a un mois

    Selon France 2, le nom de Franck Attal apparaît à 34 reprises dans les déclarations de Nicolas Sarkozy devant les policiers qui l'ont interrogé pendant sa garde-à-vue. Mais à chaque fois, l'ancien président évoque Franck Attal pour affirmer qu'il ne le connaît pas, et l'accuser de "mensonges". Problème: Sarkozy ne peut ignorer qui est Franck Attal. Sur plusieurs images d'archives exhumées par France 2, on voit Nicolas Sarkozy monter sur scène lors de ses meetings, guidé par... Franck Attal

  • M1461628 il y a un mois

    Sarkozy ne respecte pas la démocratie:comptes de campagne 2012 truqués et fausses factures, traite certains électeurs de la primaire de parjures et cherche à les intimider, insulte le ministre actuel de l'intérieur...etc