France-Sarkozy dénonce un "affaiblissement" de l'Etat

le , mis à jour à 15:43
0

* Sarkozy juge que l'autorité de l'Etat part à vau-l'eau * Il veut créer un superministère de la Sécurité publique * L'exécutif dénonce une surenchère sécuritaire (Actualisé avec Sarkozy, Taubira) PARIS, 3 novembre (Reuters) - Dénonçant un "affaiblissement" de l'Etat, Nicolas Sarkozy a proposé mardi la création d'un superministère de la Sécurité publique ainsi que la construction de 20.000 places de prison pour en finir avec "l'inexécution des peines". Le président des Républicains, qui a développé son projet lors d'une convention sur la sécurité et la justice, a reproché à l'exécutif de "laisser l'autorité de l'Etat partout bafouée", un "trouble que les Français regardent médusés". "Tout se passe comme si l'Etat s'en allait, comme si la République s'abandonnait progressivement", a-t-il dit, citant de récentes occupations d'autoroutes, l'installation de campements sauvages ou les violences au comité d'entreprise d'Air France. Nicolas Sarkozy a également évoqué la "manifestation inédite" de policiers sous les fenêtres de la ministre de la Justice Christiane Taubira et celle des gardiens de prison. Ses propos ont été dénoncés par le Premier ministre, qui a fait allusion aux vives réactions de l'ancien chef de l'Etat lorsqu'il a été conduit à s'expliquer devant la justice. "Dire qu'il n'y a plus d'autorité de l'Etat quand soi-même, tous les jours, on met en cause le rôle et l'indépendance de la justice, ça n'est pas sérieux, et ça n'est surtout pas responsable", a déclaré Manuel Valls à la presse. "Je sais qu'il y a des échéances, les élections régionales, les élections présidentielles, la préparation des primaires dans l'opposition, mais toutes ces échéances (...) méritent du sérieux", a ajouté le chef de la majorité, appelant les responsables de l'opposition "à de la retenue". SURENCHÈRE SÉCURITAIRE ? Déplorant une "surenchère sécuritaire", Christiane Taubira a estimé dans un communiqué que l'opposition multipliait les "arguments fallacieux" et les "contrevérités". La droite, qui ne cesse de taxer la garde des Sceaux de laxisme, a particulièrement dans le collimateur la réforme pénale de 2014, qui a supprimé les peines planchers et multiplié les alternatives à la détention. Nicolas Sarkozy propose donc que toute peine de plus de six mois soit désormais exécutée. "Ce désintérêt pour l'exécution des sanctions a abouti à une situation absurde, souvent qualifiée de justice virtuelle", a-t-il dit. Le chef de l'opposition souhaite également le rétablissement de peines planchers élargies et la suppression des remises de peine automatiques. Pour ce faire, il prône la création de 20.000 nouvelles places de prison pour atteindre le total de 80.000. Un effort budgétaire qu'il a chiffré à trois milliards d'euros. Dans le domaine de la sécurité, le projet LR prévoit la création d'un grand ministère de l'Intérieur, qui regrouperait la police et la gendarmerie, mais aussi l'administration pénitentiaire et les douanes. Ce ministère ne serait pas soumis à la règle du non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux. Nicolas Sarkozy propose dans le même temps de recentrer policiers et gendarmes "sur leur coeur de métier" en impliquant davantage les agents de sécurité privée dans les "tâches périphériques". Il entend également généraliser l'armement de la police municipale et redit son attachement à la présomption de légitime défense pour les policiers. "Ce n'était pas une proposition de Marine Le Pen (présidente du Front national-NDLR) mais des policiers qu'elle a reprise à son compte", assure-t-il. L'ancien chef de l'Etat voudrait aussi que les concessionnaires d'autoroutes aient la charge de la sécurité sur les routes. Il se dit par ailleurs favorable à l'incarcération automatique de tous les Français de retour des zones de djihad, et à leur placement dans un centre de "déradicalisation" s'ils présentent un danger à l'issue de leur peine. (Gérard Bon et Chine Labbé , édité par Sophie Louet)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant