France-Sapin admet un geste "inapproprié" sur une journaliste

le
5
    PARIS, 11 mai (Reuters) - Le ministre français des Finances, 
Michel Sapin, a admis un geste "inapproprié" envers une 
journaliste, une "mise au point" saluée mercredi par le 
porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll sur BFMTV. 
    Dans un communiqué diffusé 48 heures après la publication de 
témoignages de femmes mettant en cause le député écologiste 
Denis Baupin, Michel Sapin revient sur des faits rapportés à son 
propos par un récent livre, "L'Elysée Off". 
    Dans un court texte envoyé mercredi à Reuters, il accuse ce 
livre de rapporter ces faits "de manière mensongère, calomnieuse 
et injurieuse" mais reconnaît avoir choqué par son attitude une 
jeune femme en marge du Forum économique mondial de Davos. 
    "Lors d'un déplacement en janvier 2015 à Davos, au milieu 
d'une vingtaine de personnes, j'ai fait à une journaliste une 
remarque sur sa tenue vestimentaire en posant ma main sur son 
dos", écrit-il dans ce court texte envoyé mercredi à Reuters. 
    "Il n'y avait dans mon attitude aucune volonté agressive ou 
sexiste mais le seul fait d'avoir choqué la personne en question 
démontre que ces paroles et ce geste étaient inappropriés et 
j'en ai été et en suis encore désolé", ajoute-t-il. 
    Il précise que la journaliste lui avait immédiatement 
demandé un tête à tête pour lui faire part de son indignation et 
qu'il avait alors présenté ses "très sincères excuses". 
    "C'était bien que Michel Sapin fasse cette mise au point de 
manière très claire", a déclaré Stéphane Le Foll. 
    Michel Sapin explique s'être senti obligé de faire cette 
mise au point par les témoignages "effroyables et inacceptables 
de harcèlement ou d'agressions sexuelles" visant Denis Baupin. 
    "La confusion et l'amalgame me sont insupportables", dit le 
ministre des Finances, qui assure qu'on ne peut confondre son 
"geste inapproprié" avec "la gravité d'un harcèlement ou d'une 
agression sexuelle". 
    Il juge "primordial" le combat contre toutes les formes 
d'avilissement ou d'agression des femmes. 
 
 (Emmanuel Jarry et Ingrid Melander, édité par Marc Joanny) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3182284 il y a 11 mois

    c'est pour incompétence qu'il doit partir. les ayatollahs du sexisme ne doivent pas décider de la res publica.

  • newwin il y a 11 mois

    A VIRER D URGENCE

  • M999141 il y a 11 mois

    Il avoue après avoir nié. Il devrait démissionner

  • frk987 il y a 11 mois

    Ministres, élus...le droit de cuissage c'est fini, terminé depuis l'AR et encore qu'à l'époque c'était un honneur pour la future jeune mariée, maintenant ce sont de vieux boucs de gauche de préférence qui ont la prétention de défendre les droits des femmes qui commettent de vrais attentats à la pudeur pour ,ne pas parler de viols.

  • frk987 il y a 11 mois

    Alors comme t'es ministre tu en tires la logique conséquence : DEMISSION.