France-Sapin accuse la CGT de prendre les Français en otages

le
0
    * La CGT affirme que six raffineries sur huit sont à l'arrêt 
    * Les terminaux pétroliers de Fos-sur-Mer et de Lavéra 
bloqués 
    * Sapin annonce qu'il n'y aura pas d'"indulgence" 
 
    PARIS, 23 mai (Reuters) - Le ministre des Finances Michel 
Sapin a accusé lundi la CGT de prendre les Français en otages et 
assuré que le gouvernement agirait pour débloquer les 
raffineries et dépôts de carburants afin d'éviter des pénuries, 
jugeant ce mouvement "illégitime". 
    Alors que de nombreuses stations-service sont en rupture 
d'approvisionnement, le syndicat s'est engagé à poursuivre ses 
actions pour obtenir le retrait du projet de loi Travail. 
    "Cela va durer au moins la semaine", a déclaré sur RMC 
Emmanuel Lépine, responsable de la branche pétrole de la CGT.  
    "Il n'y a qu'une manière de débloquer la situation, c'est de 
retirer la loi Travail, c'est très simple", a-t-il ajouté en 
indiquant que, sur les huit raffineries françaises, "six sont 
arrêtées ou en phase d'arrêt". 
    Plusieurs centaines de militants CGT ont bloqué dans la nuit 
de dimanche à lundi le dépôt pétrolier de Fos-sur-Mer 
(Bouches-du-Rhône), prélude, selon le syndicat, à des actions 
pour arrêter la production sur l'ensemble du complexe 
pétrochimique de l'étang de Berre, avec les raffineries de Total 
à La Mède et Ineos à Lavéra.   
    FO, qui est moins présent que la CGT dans le secteur, 
participe aussi au mouvement. 
    Un mouvement de grève de 24 heures reconductible a par 
ailleurs été déclenché lundi chez Fluxel, le gestionnaire des 
terminaux pétroliers de Fos-sur-Mer et de Lavéra.  
    "Aucun navire n'est opéré sur ces installations", a dit à 
Reuters le secrétaire général CGT du port de Marseille, Pascal 
Galéoté. 
    Les deux ports pétroliers de Fos-Lavéra desservent 
directement les raffineries du complexe pétrochimique de l'étang 
de Berre (Petroinéos à Lavéra, Total à la Mède et Esso à Fos), 
mais aussi par pipeline celles de Feyzin (France), de Cressier 
(Suisse) et de Karlsruhe (Allemagne). 
 
    DES ACTIONS "PAS LÉGITIMES" 
    Michel Sapin, qui s'exprimait sur iTELE, a estimé que ces 
actions n'étaient pas "dans les conditions où elles se déroulent 
des actions légitimes". 
    "Quand quelque chose n'est plus légitime, il n'y a plus de 
soutien et il n'y aura évidemment pas la moindre indulgence de 
la part du gouvernement", a-t-il ajouté. 
     Il a justifié l'intervention des forces de l'ordre pour 
débloquer lundi les accès au dépôt Total de Cournon-d'Auvergne 
(Puy-de-Dôme), bloqués depuis six jours. "Ça fait partie des 
armes dont une démocratie dispose. Lorsqu'une action n'est plus 
légitime, il faut y mettre fin", a-t-il encore dit. 
     Le ministre des Finances a mis en cause la CGT, un syndicat 
qui "pour des raisons souvent internes, s'est extraordinairement 
durci et qui n'est que dans la protestation et plus du tout dans 
le dialogue" 
    "C'est le dialogue qui doit prévaloir (...) ça n'empêche pas 
qu'il y ait des conflits le dialogue, mais au moins on se parle 
et on évite de prendre les Français en otages", a-t-il indiqué. 
    Michel Sapin a encore assuré que le projet de loi porté par 
la ministre du Travail Myriam El Khomri irait "jusqu'au bout" au 
Parlement. 
    Sur RTL, le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez 
a mis en cause en retour la responsabilité du gouvernement pour 
l'absence de dialogue. 
    "Face à ce que nous on demande, c'est-à-dire l'écoute de 
ceux qui ne sont pas contents, on choisit de bomber le torse, de 
gonfler les muscles. C'est une position qui conforte ce qu'on 
connaît depuis un petit moment, pas de dialogue. Que le 
gouvernement écoute et que le président de la République écoute 
plutôt que de choisir la force", a-t-il dit. 
 
 (Yann Le Guernigou, avec Jean-François Rosnoblet à Marseille, 
édité par Yves Clarisse) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant