France-Samoa (52-8) : peut-on juger les Bleus sur ce match ?

le , mis à jour à 09:20
0
France-Samoa (52-8) : peut-on juger les Bleus sur ce match ?
France-Samoa (52-8) : peut-on juger les Bleus sur ce match ?

Un essai d'Huget qui n'a pas marqué en club depuis le début de la saison. Un triplé de Vakatawa, inexistant cet été avec le rugby à VII lors des Jeux olympiques de Rio. La cavalerie tricolore aurait-elle retrouvé des ailes ? Et les slaloms de la troisième ligne ? Et les franchissements de la deuxième ligne ? De vrais Blacks, nos Bleus. Enfin, contre les Samoans, qu'ils ont catapultés (52-8) comme de simples moucherons. C'est forcément encourageant mais est-ce réellement significatif ? Est-ce révélateur de progrès réalisés par les joueurs de Guy Novès ? Les Australiens, qui les attendent samedi prochain au Stade de France, puis les Néo-Zélandais, sept jours plus tard, toujours à Saint-Denis, confirmeront-ils la tendance ?

 

OUI. A la sortie des vestiaires hier soir, les Bleus se sont montrés sereins mais pas exubérants ni euphoriques. Ils ont simplement tenu à affirmer que la performance n'était pas à négliger.

« Ce n'est jamais facile de marquer plus de cinquante points dans un match international, insiste Jean-Marc Doussain, l'ouvreur toulousain qui a remplacé François Trinh-Duc en seconde période. La chose intéressante, c'est que l'on a vu que c'était quand on avait le ballon que l'on était le plus dangereux. »

Du temps de Saint-André, les Tricolores misaient sur les contres et sur les fautes des adversaires. Désormais, ils sont encouragés à produire du jeu, malgré les risques encourus. « On prend des initiatives, appuie le deuxième ligne briviste Julien Le Devedec. On joue l'esprit tranquille. C'est ce qu'il nous est demandé et c'est ce que l'on arrive à faire. Je crois que tout le monde l'a vu : nous nous sommes régalés. »

Un peu plus loin, le troisième ligne bordelais Loann Goujon ne cache pas son plaisir, malgré sa blessure à la crête iliaque qui le contraint au forfait face aux Australiens. « L'envie et les intentions sont là, c'est un bon fondement et c'est de bon augure pour les matchs à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant