France-S'il y a remaniement, ce sera après le 10 février-Le Foll

le
0
    * Le Foll refuse d'évoquer l'ampleur d'un remaniement 
éventuel 
    * Mais il n'exclut pas le retour d'écologistes au 
gouvernement 
    * Il égratigne au passage le "voltigeur" Emmanuel Macron 
 
 (Avec déclarations supplémentaires) 
    PARIS, 31 janvier (Reuters) - Si François Hollande procède à 
un remaniement ministériel, ce sera après le 10 février ou "dans 
ces eaux-là", a déclaré dimanche le ministre de l'Agriculture et 
porte-parole du gouvernement au Grand rendez-vous d'Europe 
1-iTELE-Le Monde. 
    "Si il y a un remaniement, il sera après le 10, à peu près 
dans ces eaux-là", a dit Stéphane Le Foll. 
    Le chef de l'Etat doit annoncer en février son choix pour 
remplacer Jean-Louis Debré à la présidence du Conseil 
constitutionnel, poste pour lequel le ministre des Affaires 
étrangères, Laurent Fabius, est donné favori. 
    C'est aussi le 10 février que l'Assemblée nationale doit 
voter le texte de la révision constitutionnelle annoncée par 
François Hollande après les attentats du 13 novembre. Révision 
que le Parlement réuni en congrès doit ratifier "dans l'idéal 
(en) mars-avril", a dit le ministre. (voir aussi  ) 
    Prié de dire si ce serait un simple remaniement ou un 
changement de gouvernement, ce proche du chef de l'Etat, a 
répondu : "Très bonne question à laquelle je ne peux pas 
répondre ce matin." 
    Stéphane Le Foll a cependant estimé que des personnalités 
classées à gauche évoluaient aujourd'hui, notamment chez les 
écologistes absents du gouvernement actuel, "dans la manière 
dont ils abordent la question de la responsabilité". 
    "Chez les écologistes il y a des gens qui bougent, qui 
regardent les choses différemment, il y a même un parti qui a 
été créé", a-t-il souligné. 
    Il faisait allusion à Ecologistes!, lancé cet automne par 
des dissidents d'Europe Ecologie-Les Verts, dont le député 
François de Rugy et le sénateur Jean-Vincent Placé.   
    "Ceux qui pensent que tout se réduit, se rétrécit, se 
trompent", a ajouté le ministre de l'Agriculture. 
     
    VOLTIGEURS ET GRENADIERS  
    Une façon de répondre, notamment, au dirigeant du Parti de 
gauche, Jean-Luc Mélenchon, qui estime dans une interview au 
Journal du Dimanche que le départ, la semaine passée, de la 
ministre de la Justice du gouvernement, Christiane Taubira, est 
une étape de plus dans un "processus d'isolement sectaire de 
François Hollande".   
    Stéphane Le Foll a refusé de commenter des rumeurs selon 
lesquelles il quitterait lui-même le gouvernement pour se 
consacrer à la préparation de la candidature de François 
Hollande à l'élection présidentielle de 2017. 
    "Je ne sais pas d'où ça sort", a-t-il dit. 
    Il a au passage adressé une pique au ministre de l'Economie, 
Emmanuel Macron, dont les déclarations sur l'entreprise, la 
libéralisation de l'économie, le code du travail ou la semaine 
de 35 heures ont parfois embarrassé le gouvernement. 
    "Il y a des voltigeurs flamboyants et on en a besoin pour 
défricher des sujets. Et puis il y a des grenadiers cohérents ; 
l'un est nécessaire mais pas suffisant, il faut les deux pour 
faire avancer les choses de manière cohérente", a-t-il dit. 
    Il a enfin explicitement écarté l'idée que François Hollande 
se soumette à une primaire pour la présidentielle, comme le 
demande la gauche du Parti socialiste et ses parlementaires 
"frondeurs".   
    "François Hollande a d'abord un exercice qui est celui du 
pouvoir (...) Ce travail nécessite d'être pleinement avec les 
Français", a dit Stéphane Le Foll, pour qui c'est inconciliable 
avec la participation à une campagne pour une primaire visant à 
désigner le candidat de la gauche pour 2017. 
    "La capacité qu'on a à assumer le fait qu'on gouverne un 
grand pays comme la France, même si c'est difficile, ça fait 
partie des critères qui, demain, seront ceux sur lesquels les 
Français feront aussi leur choix", a-t-il ajouté. 
 
 (Emmanuel Jarry) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant