France-Royal temporise sur le projet de Notre-Dame-des-Landes

le
3
    PARIS, 2 février (Reuters) - Le ministère de l'Ecologie 
réfléchit à une "mise à plat" du projet d'aéroport controversé 
de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), a déclaré mardi 
Ségolène Royal à propos d'un projet pourtant soutenu par le 
gouvernement. 
    "J'ai demandé à mon inspection générale, en accord avec le 
Premier ministre, de faire en sorte que tout soit mis à plat", 
a-t-elle dit lors d'une séance de questions au gouvernement à 
l'Assemblée nationale 
    "Maintenant, il faut en appeler à la sérénité, au respect 
mutuel des uns et des autres, attendre que les procédures 
légales s'achèvent pour pouvoir trouver la solution qui rend 
conciliable le développement économique, les infrastructures et 
la protection de l'environnement", a ajouté la ministre. 
    Dimanche, elle avait affirmé sur France 5 qu'il n'y aurait 
aucune évacuation par la force des occupants du site sur lequel 
doit en théorie être construit un nouvel aéroport, jugé inutile 
et néfaste par des militants écologistes. 
    La justice a pourtant décidé la semaine dernière d'autoriser 
l'expulsion des derniers occupants légaux mais sans fixer 
d'astreinte, ce qui pourrait prolonger pendant des mois un statu 
quo s'il n'y a pas d'évacuation par les forces de l'ordre. 
    Le lendemain, le Premier ministre Manuel Valls a déclaré 
devant les députés qu'un nouvel aéroport en Loire-Atlantique 
était "nécessaire" et que le projet devait "se poursuivre". 
(voir  ) 
 
 (Simon Carraud, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • boudet le mardi 2 fév 2016 à 18:07

    Egale à elle même! On temporise et surtout pas de vague. Et cela coute combien de temporiser ?

  • charleco le mardi 2 fév 2016 à 17:57

    Ils veulent réaliser la ligne TGV Bordeaux Toulouse alors que l'enquête d'intérêt public (2000 questions) a conclu à son utilité, sans compter le coût sous-estimé.

  • vmcfb le mardi 2 fév 2016 à 17:40

    La réflexion sur ce projet est polluée par les débats sur les tritons..or, c'est l'intérêt économique de ce projet qui fait défaut. Tout l'ouest du département, et tout le sud sont opposés au transfert.. une gabegie, et une ineptie en ce qui concerne l'aménagement du territoire.. les élus ne veulent pas perdre la face, et provisionner les couts des "études"..