France-Royal pour un référendum large sur Notre-Dame-des-Landes

le
0
 (Avec déclaration de Jean-Marc Ayrault) 
    PARIS, 21 février (Reuters) - La ministre de l'Ecologie, 
Ségolène Royal, s'est dite favorable dimanche à ce que le futur 
référendum sur le projet contesté d'aéroport de 
Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, ne se limite pas au seul 
département de Loire-Atlantique. 
    Après l'annonce le 11 février par François Hollande de cette 
consultation pour tenter de régler un dossier qui empoisonne son 
quinquennat, le chef de l'Etat et le Premier ministre, Manuel 
Valls, ont estimé qu'elle devrait plutôt être organisée en 
Loire-Atlantique. 
    Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, dont 
Nantes est le fief électoral, partisan depuis toujours de ce 
projet, a estimé dimanche sur France 3 que limiter le référendum 
à ce département relevait du bon sens.  
    "Il faut que ce soit le périmètre le plus proche du 
territoire impacté", a-t-il déclaré. 
    Mais pour la Fondation Nicolas Hulot et les écologistes, il 
devrait être étendu au moins à la Bretagne et aux Pays de Loire, 
régions qui financent le projet. 
    Depuis, les départements autour de la Loire-Atlantique ont 
aussi demandé à voter, a fait remarquer Ségolène Royal, lors du 
Grand Rendez-vous Europe 1-Le Monde-iTELE.  
    "Eh bien, si ils réclament de voter, on ne va pas s'en 
plaindre", a dit la ministre de l'Ecologie. 
    "Il faut regarder tranquillement, assez vite, quelle va être 
cette circonscription de la consultation", a-t-elle ajouté. 
    Pour Ségolène Royal, l'impact économique et environnemental 
de l'aéroport concerne certes directement la Loire-Atlantique. 
Mais intégrer au périmètre de la consultation des départements 
voisins irait "dans le bon sens", compte tenu du coût d'une 
infrastructure qui concernera le Grand Ouest de la France. 
 
 (Emmanuel Jarry) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant