France-Retour en force des militaires dans le Larzac

le
0

* Arrivée de la 13e demi-brigade de la légion étrangère * 450 hommes en 2016, un millier à terme * Pas de remise en cause du périmètre, dit la Défense PARIS, 30 juillet (Reuters) - La base militaire du Larzac (Aveyron), dont le projet d'extension avait donné lieu à un mouvement de mobilisation paysanne sans précédent dans les années 1970, va être densifiée dans le cadre du plan de restructuration des armées pour 2016, a-t-on appris jeudi au ministère de la Défense. "C'est un lieu que nous allons redimensionner avec l'arrivée progressive de la 13e DBLE, la demi-brigade de légion étrangère", actuellement présente aux Emirats arabes unis, a-t-on indiqué. Située à une quinzaine de kilomètres de Millau, le camp accueille actuellement le centre d'entraînement de l'infanterie au tir opérationnel. Dans le cadre du processus de restructuration, 390 postes supplémentaires vont être créés pour la DBLE qui compte actuellement 70 hommes. A terme, d'ici trois ans, 1.000 militaires seront déployés sur la base du Larzac. "Nous restons strictement dans le cadre du périmètre du camp existant, il n'y a pas d'extension", assure-t-on au ministère. "Il n'y aura pas de remise en cause des AOT (autorisation d'occupation temporaire, pour les pâturages, etc.) existants dans le camp même du Larzac", ajoute-t-on. Il y a "une unanimité politique locale à Millau et dans l'Aveyron pour redensifier les territoires et les faire vivre un peu plus et nous disposons d'une écoute extrêmement favorable." En 1971, la décision par Michel Debré, le ministre de la Défense de l'époque, d'étendre le camp militaire du Larzac avait mis le feu aux poudres. Le projet a été combattu par les paysans, rejoints par des jeunes militants et pacifistes, jusqu'en 1981 et l'abandon du projet par François Mitterrand. En 2013, le bail accordé par l'Etat à la société de gestion collective des paysans installés sur le plateau du Larzac a été prolongé de 2045 à 2083. LIEU IDÉAL A l'heure de la montée en puissance de la force opérationnelle terrestre, "le camp du Larzac présentait les qualités sur le plan opérationnel et sur le plan foncier qui faisaient que c'était un lieu idéal pour implanter" la 13e DBLE, souligne-t-on à la Défense. La densification de la base du Larzac s'inscrit dans le cadre du processus de "rationnalisation" engagé par le gouvernement dans un contexte budgétaire serré. Malgré la décision de l'exécutif de maintenir 18.500 postes, le mouvement de déflation dans l'armée se poursuit avec 4.500 postes en moins prévus pour l'an prochain. Mais les 6.800 postes engendrés par l'opération Sentinelle et le programme "Au Contact" permettent à la Défense de tirer, pour l'an prochain du moins, son épingle du jeu. "Cette année 2016 sera marquée par un solde positif de 2.300 postes et par l'absence de drame territorial", dit-on dans l'entourage du ministre de la Défense. Le territoire de Belfort sera toutefois touché avec la dissolution à Bourogne d'une batterie LRU (lance roquettes unitaire) et une batterie de renseignement de brigades, soit 200 postes. A l'inverse, 250 militaires rejoindront l'an prochain le camp Mailly (Champagne-Ardenne) pour l'expérimentation du programme Scorpion de modernisation de l'armée de terre. (Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant