France-Reprise des contrôles aux frontières en vue de la COP21

le
0

PARIS, 13 novembre (Reuters) - La France a rétabli vendredi ses contrôles aux frontières pour un mois afin de sécuriser l'entrée sur le territoire dans le cadre de la conférence de Paris sur le climat (COP21) qui se tiendra du 30 novembre au 11 décembre au Bourget, près de Paris. Plus de 30.000 policiers, dont les 4.000 de la Police aux frontières (PAF), ont été mobilisés pour assurer ces contrôles aléatoires aux 285 points de passage frontaliers du pays. Cette fermeture est possible dans le cadre des accords de Schengen de libre circulation des personnes et des biens en Europe, qui prévoit des circonstances particulières comme la COP21, a souligné le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. Les autorités doivent faire face à deux enjeux de sécurité majeurs, la protection de 195 délégations officielles, avec la venue d'au moins 80 chefs d'Etat, dans un contexte de menaces terroristes, et le maintien de l'ordre lors de manifestations. "Le dispositif est temporaire et progressif. Nous montons en puissance progressivement", a expliqué vendredi sur BFM TV le directeur de la PAF, David Skuli, précisant que son service avait mobilisé des réservistes. Le gouvernement a largement médiatisé l'entrée en vigueur du dispositif, notamment à la frontière franco-italienne proche de Vintimille et dans le Nord. Les contrôles seront renforcés dix jours avant les manifestations prévues le 29 novembre et le 12 décembre, a indiqué le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. De nombreux réseaux écologistes ont appelé à manifester à Paris le 29 novembre, veille de l'ouverture officielle de la conférence, dans le cadre d'une "Marche mondiale pour le climat", et le 12 décembre, en clôture du sommet, pour faire pression sur les négociateurs. Le week-end de la fin novembre sera marqué par des milliers d'initiatives dans le monde entier et une trentaine de marches dans les grandes villes françaises. Les services de police craignent que les mouvements de l'ultra-gauche en profitent pour s'inviter à Paris avec une volonté de déstabilisation. Les Zadistes de Notre-Dame-de-Landes (Loire-Atlantique), où la préfecture vient de décider la reprise des travaux de l'aéroport contesté, ont prévu de rejoindre les manifestants fin novembre à Paris. Selon RTL, la direction du renseignement territorial s'attend à l'installation de campements dans les environs du Bourget où aura lieu la conférence et où 1.500 policiers, gendarmes et pompiers seront directement mobilisés. (Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant