France-Ratios de dette et déficit revus en hausse pour 2015

le
2
 (Actualisé avec détails complémentaires) 
    PARIS, 17 mai (Reuters) - La France a terminé 2015 avec des 
ratios de dette et de déficit publics supérieurs aux précédentes 
estimations en raison d'une révision en baisse par l'Insee du 
niveau du produit intérieur brut en valeur. 
    Mais l'institut a revu aussi en nette hausse, à l'occasion 
de la publication des comptes nationaux annuels mardi, 
l'évolution du PIB en volume pour 2014, à +0,6% contre +0,2% 
précédemment, en même temps qu'il abaissait légèrement celle de 
2013 à +0,6% contre +0,7%. 
    Pour 2015, il fait état d'une progression de 1,3% du PIB en 
données brutes. En données corrigées des variations 
saisonnières, la hausse est de 1,2%, soit le niveau annoncé fin 
mars  . 
    En valeur, le PIB français 2015 révisé s'est établi à 
2.181,1 milliards d'euros. Le déficit public, qui a atteint 77,4 
milliards d'euros selon des données publiées fin mars, s'inscrit 
donc à 3,6% du PIB, 0,1 point de plus qu'estimé précédemment, 
contre 4,0% en 2014. 
    L'écart est plus important s'agissant de la dette publique 
(2.096,9 milliards), qui représentait 96,1% de la richesse 
nationale à fin 2015, contre 95,7% annoncé fin mars, alors que 
la marque 2014 est inchangée à 95,3%. 
    La dette publique se situe ainsi déjà quasiment au niveau 
prévu (96,2% du PIB) pour 2016 dans la trajectoire des finances 
publiques publiée à la mi-avril  , le gouvernement 
prévoyant alors qu'elle culminerait à 96,5% l'an prochain avant 
d'amorcer une décrue. 
    Pour le déficit public, le nouveau ratio ne change pas la 
donne, l'objectif étant de le ramener à 3,3% du PIB cette année, 
puis 2,7% en 2018. 
    La révision à la baisse du niveau du PIB 2015 entraîne aussi 
une hausse du ratio dépenses publiques/PIB, à 57,0% contre 56,8% 
publié précédemment, et du taux de prélèvements obligatoires 
qui, à 44,7% du PIB (+0,2 point), est resté l'an passé tout près 
de son record de 44,8% atteint en 2013 et 2014. 
    Le contenu de la croissance 2015 varie peu par rapport aux 
données publiées auparavant, à l'exception notable du taux de 
marge des entreprises, revu en hausse de 0,3 point à 31,4%. De 
même la hausse de l'investissement des entreprises est 
maintenant estimée à 2,8% (contre 2,1%). 
    Le rebond du taux de marge est en fait intervenu dès 2014, 
avec une marque à 30,4% contre 29,4% annoncé précédemment, par 
rapport à un plus bas de 2013 lui aussi revu en hausse (29,9% 
contre 29,7%). 
    Le taux d'épargne des ménages fait lui aussi l'objet d'une 
importante révision mais à la baisse, étant estimé à 14,5% en 
2015 (15,4% auparavant), 14,4% en 2014 (15,1%) et 14,3% en 2013 
(14,7%).   
     
    Le communiqué de l'Insee : http://www.insee.fr/fr/themes/info-rapide.asp?id=125&date=20160517 
 
 (Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7163258 il y a 7 mois

    puisent

  • M7163258 il y a 7 mois

    "Le taux d'épargne des ménages fait lui aussi l'objet d'une importante révision mais à la baisse, étant estimé à 14,5% en 2015 (15,4% auparavant), 14,4% en 2014 (15,1%) et 14,3% en 2013 (14,7%). " les Français puissent enfin sur leurs réserves ou tout simplement font moins les écureuils, lorsque l'état fait la cigale...

Partenaires Taux