France-Prison avec sursis pour l'ancien maire de la Faute-sur-Mer

le
2
    POITIERS, Vienne, 4 avril (Reuters) - La cour d'appel de 
Poitiers (Vienne) a condamné lundi l'ancien maire de la 
Faute-sur-Mer (Vendée) à deux ans de prison avec sursis pour 
"homicides involontaires" et "mise en danger de la vie d'autrui" 
suite au passage de la tempête Xynthia, qui avait fait 29 morts 
dans sa commune en février 2010. 
    Les juges ont également interdit de façon définitive à René 
Marratier d'exercer toute fonction publique, alors qu'il est 
resté conseiller municipal de la petite station balnéaire. 
    Le 1er décembre dernier, l'avocat général avait réclamé deux 
ans de prison fermes pour René Marratier, dont le casier 
judiciaire était jusqu'alors vierge.  
    En première instance, le tribunal correctionnel des Sables 
d'Olonne lui avait infligé quatre ans de prison fermes, ce qui 
constituait la peine la plus lourde jamais prononcée en France 
envers un élu poursuivi pour ce type de faits. 
    La cour d'appel de Poitiers a par ailleurs relaxé son 
ancienne première adjointe Françoise Babin, soupçonnée d'avoir 
signé des permis de construire sur des terrains lui appartenant 
par "appât du gain" selon le parquet.  
    Quinze mois de prison fermes et 75.000 euros avaient été 
réclamés à son encontre par l'avocat général. 
    Les juges poitevins ont également relaxé son fils Philippe 
Babin, un agent immobilier qui présidait l'association 
propriétaire de la digue Est et qui n'aurait pas fait assurer 
correctement la surveillance de l'édifice. Neuf mois de prison 
fermes avaient été requis à son encontre lors du procès. 
    Enfin, la cour d'appel de Poitiers a relaxé chacune des deux 
sociétés du bâtiment de Patrick Maslin, un autre ancien adjoint 
de René Marratier décédé au cours du premier procès, et pour qui 
l'action de la justice s'est donc éteinte.  
    Le seul fonctionnaire d'État poursuivi, Alain Jacobsoone, 
avait lui été relaxé en première instance et le parquet n'avait 
pas fait appel de la décision du tribunal correctionnel des 
Sables d'Olonne. 
 
 (Guillaume Frouin, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 8 mois

    Comme disent les âmes simples : maire d'une bourgade agricole c'est une vocation qui ne rapporte pas un sou...mais rendre constructible une zone agricole, c'est ce que j'appelle de l'es rie, lorsque les dits terrains ont été achetés par des connaissances lors de l'élection du maire "intègre et bénévole" !!!!!

  • frk987 il y a 8 mois

    C'est tombé sur lui. Pas de chance je dirais....Mais ce sont des centaines de maires qui devraient être en taule pour avoir signé des PC dans des zones inconstructibles ou bien simplement pour rendre constructible des zones agricoles, dire de se remplir les poches en ayant fait acheter les terrains par des cousins, frères, amis...qui lui reversent des royalties.