France-Premières aides financières versées aux victimes de Nice

le
0
    PARIS, 21 juillet (Reuters) - Le Fonds de garantie des 
victimes d'actes de terrorisme et d'autres infractions (FGTI) a 
versé jeudi les premières avances aux victimes de l'attentat de 
Nice, une semaine après les faits, a annoncé la secrétaire 
d'Etat chargée de l'Aide aux victimes. 
    "Les premières provisions sur les indemnisations ont démarré 
aujourd'hui et (...) 150.000 euros ont déjà été versés", a 
déclaré Juliette Méadel sur BFMTV. 
    "Évidemment ça n'est qu'un début et ça ne va pas s'arrêter 
puisque l'objectif qui est donné c'est que le FGTI indemnise 
-pour ces premières provisions, ce n'est qu'un début - en un 
mois l'ensemble des ayants droit des personnes décédées", 
a-t-elle précisé.   
    L'attaque au camion commise par Mohamed Lahouaiej Bouhlel le 
14 juillet sur la promenade des Anglais à Nice a fait 84 morts 
et plus de 300 blessés.   
    Le Fonds prend directement et intégralement en charge les 
frais liés aux obsèques mais ces premières avances de quelques 
milliers d'euros permettent par exemple de compenser 
d'éventuelles pertes de revenus. 
    Le soutien financier du FGTI concerne non seulement les 
ayants droit des 84 personnes tuées la semaine dernière à Nice 
et les plus de 300 blessés mais aussi les victimes indirectes, 
des personnes présentes sur les lieux et ayant été choquées a 
expliqué Juliette Méadel.  
    Alors que la multiplication des attentats ces derniers mois 
en France soulève régulièrement la question de la pérennité 
financière du fonds, Juliette Méadel s'est montrée rassurante 
sur la question. 
    "Le FGTI a de quoi indemniser les victimes d'attentats 
terroristes et en particulier de Nice", a-t-elle déclaré en 
précisant que les réserves du Fonds s'élevaient à 1,450 milliard 
d'euros.  
    Selon elle, les indemnisations versées aux victimes des 
attentats de novembre se sont élevées à environ 350 millions 
d'euros et les estimations évoquent un montant de 300 à 400 
millions d'euros nécessaire pour les victimes de Nice.      
    Créé en 1986, le FGTI assure l'indemnisation de l'ensemble 
des victimes d'attentats commis sur le sol français, quelle que 
soit leur nationalité, ainsi que des ressortissants français 
affectés par de tels événements à l'étranger.      
    Ses réserves sont alimentées par une contribution prélevée 
sur les contrats d'assurance, qui a été relevée d'un euro pour 
s'établir à 4,30 euros depuis le 1er janvier dernier.      
 
 (Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant