France-Première balise GPS à utilisation gratuite en vente

le
0
    BORDEAUX, 5 septembre (Reuters) - La commercialisation de 
Seekios, première balise GPS du monde à utilisation gratuite 
conçue par une start-up française, a été lancée lundi sur 
internet avec d'importantes perspectives de développement à 
l'international dès 2017. 
    Seekios, qui coûte 99 euros, est la seule balise qui peut 
être utilisée sans abonnement payant si l'acquéreur accepte de 
regarder une publicité de 15 à 30 secondes sur son smartphone 
depuis lequel on peut la localiser partout dans le monde et 
ainsi retrouver des biens et des personnes. 
    Avant même de la commercialiser, le succès semble déjà 
assuré pour cette balise qu'on peut laisser dans une voiture, 
sous la selle d'une moto, dans une valise, voire dans la poche 
d'une personne ou sur le collier d'un chien. 
    Plusieurs modes de programmation de l'application sont 
possibles : le mode zone qui déclenche une alerte dès que la 
balise sort de la zone prédéfinie, le mode "don't move" pour une 
balise qui ne doit jamais bouger, le mode "border" qui déclenche 
une alerte quand la balise s'éloigne d'une ligne. 
    Depuis sa création en mars 2015, Thinksoftomorrow, la 
start-up qui développe Seekios depuis Anglet, près de Bayonne, a 
connu une croissance extrêmement rapide, levant plus d'1 million 
d'euros sur la base de ce projet tout en créant 14 emplois. 
    "Pour se lancer on a créé une cellule de recherche d'argent. 
On a mis en place un petit réseau, organisé des événements, des 
compétitions de golf. Les premiers actionnaires ont mis 300 
euros. Aujourd'hui, l'action est à 1.400 euros, on a 94 
actionnaires, un petit peu plus d'1 million d'euros de capital", 
indique à Reuters Quentin Zimmermann, l'un des deux fondateurs 
de l'entreprise, chargé de la stratégie commerciale. 
    La start-up a récemment lancé une opération de financement 
participatif sur Kickstarter "pour ressentir le marché des 
particuliers sur le territoire français. On s'était fixé un 
objectif de 30.000 euros, on a atteint 96.000 euros". 
    "Pour 2017, notre objectif était de vendre 140.000 pièces et 
on visait le territoire français mais on va dépasser ce chiffre. 
On a 70 pays où on peut aller, mais on a misé sur un 
distributeur important qui nous a demandé l'exclusivité pour 10 
pays en Europe - on garde la France - à partir du mois de 
janvier. On peut tabler sur un marché de 500.000 à 600.000 
Seekios vendus l'année prochaine", a dit Quentin Zimmermann. 
    Actuellement, les premiers Seekios sont fabriqués en Corrèze 
mais des accords sont en train d'être négociés avec d'autres 
usines dans le monde pour les marchés indiens et chinois. 
 
 (Claude Canellas, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant