France-Perquisition des bureaux de Jean-Marie Le Pen

le
1

PARIS, 4 novembre (Reuters) - Le maison abritant les bureaux de Jean-Marie Le Pen à Saint-Cloud et son domicile des Hauts-de-Seine ont été perquisitionnés mercredi, a-t-on appris auprès du fondateur du Front national. Le parquet national financier avait ouvert en juin dernier une enquête pour blanchiment de fraude fiscale au sujet d'un présumé compte caché à l'étranger. Joint par téléphone par Reuters, Jean-Marie Le Pen a indiqué qu'il se trouvait actuellement à l'étranger, précisant que sa maison de Montretout, à Saint-Cloud, abritait ses bureaux et que lui-même résidait à Rueil-Malmaison. "Je suis étonné et indigné, je ne vois pas la raison de cette perquisition", a-t-il dit. "Je n'ai pas de compte caché à l'étranger". Mediapart avait affirmé fin avril que l'ancien président du Front national aurait placé de l'argent en Suisse par le biais d'une société de gestion de patrimoine gérée par un proche collaborateur. Il aurait déposé 2,2 millions d'euros, dont 1,7 million en lingots et pièces d'or, à la banque HSBC puis les aurait transférés en 2014 dans la filiale d'une autre banque suisse, au Bahamas, selon le site d'informations. Toujours selon Mediapart, le parquet de Nanterre avait reçu ces éléments du service anti-blanchiment Tracfin. Une enquête préliminaire est déjà ouverte à Paris depuis fin 2013 sur le patrimoine de l'ancien candidat à la présidence de la République. (Gérard Bon, édité par Yann Le Guernigou)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2734309 le mercredi 4 nov 2015 à 14:38

    Tiens, en parlant de Tracfin, c'en est où l'achat de l'appartement et l'interdiction d'accès au territoire de EU au sujet des 3.5 millions d'euros de chèques en bois émis par le fils FAFA ! La justice serait moins, beaucoup moins indépendante qu'on nous le serine à longueurs de semaine dans notre "belle presse à la botte de l'état" ?