France-Perquisition à l'archevêché de Lyon

le
1
    LYON, 30 mars (Reuters) - Une perquisition a été menée 
mercredi à l'archevêché de Lyon dans le cadre de l'enquête 
préliminaire pour "non dénonciation d'atteintes sexuelles sur 
mineurs de moins de 15 ans et mise en péril d'autrui" qui vise 
notamment le cardinal Philippe Barbarin. 
    Le diocèse de Lyon précise dans un communiqué avoir été 
amené "à remettre aux enquêteurs venus effectuer une 
perquisition les éléments dont la justice souhaitait disposer 
pour faire la lumière sur ces événements douloureux". 
    Le père Bernard Preynat, qui a dirigé les scouts de 
Saint-Luc à Lyon des années 70 à 1991, a été mis en examen en 
janvier dernier pour des agressions sexuelles sur d'anciens 
scouts entre 1986 et 1991. 
    Des victimes, qui reprochent à Mgr Barbarin d'avoir fermé 
les yeux sur les agissements du prêtre, ont également déposé 
plainte contre l'archevêque de Lyon, son entourage et la 
hiérarchie de l'Eglise. 
    L'archevêché indique que "le cardinal Barbarin a exprimé à 
de nombreuses reprises sa volonté de coopérer en toute 
transparence avec la justice et se tient à disposition avec 
confiance". 
    "Il renouvelle le vœu que la justice puisse agir dans la 
sérénité indispensable à la manifestation de la vérité et à 
l'apaisement de la souffrance des victimes", souligne-t-il. 
    Le parquet de Lyon a ouvert son enquête préliminaire le 4 
mars. Le juge d'instruction chargé de l'affaire a estimé par 
ailleurs le 29 mars que les actes de pédophilie dénoncés par les 
anciens scouts n'étaient pas prescrits, permettant la poursuite 
de la procédure à l'encontre du père Preynat.  
    Le mercredi 23 mars, au cours de la messe organisée avant 
les célébrations de Pâques, le cardinal Barbarin, archevêque de 
Lyon depuis 2002, avait "personnellement demandé pardon" aux 
victimes des prêtres pédophiles.  
 
 (Catherine Lagrange, édité par Sophie Louet) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a 10 mois

    Voilà l'effet direct de l'état d'urgence : on va perquisitionner chez tout le monde et tout le monde va trouver ça normal.