France-Pénicaud (Travail) veut réconcilier entreprises et salariés

le
2
    PARIS, 17 mai (Reuters) - Le nouveau gouvernement français 
entend conjuguer la réussite des entreprises qui créent de 
l'emploi et celle des salariés grâce au dialogue social, a dit 
mercredi la nouvelle ministre du Travail Muriel Pénicaud lors de 
sa prise de fonction. 
    "Le dialogue social (...) est au c½ur des enjeux passés 
actuels et à venir", a-t-elle dit lors de sa passation de 
pouvoir avec Myriam El Khomri, qui l'a précédée à ce poste. 
    "Je dirais un dialogue social et économique, puisqu'il  
s'agit de faire converger réussite économique et sociale, 
c'est-à-dire réussite des entreprises qui créent de l'emploi et 
réussite des salariés qui veulent pouvoir se développer, avoir 
un emploi et développer leur vie professionnelle." 
    Elle se dit être à l'écoute des partenaires sociaux pour 
mener à bien les réformes promises par Emmanuel Macron, qui 
entend présenter cet été un projet de loi d'habilitation pour 
simplifier le droit du travail et décentraliser la négociation 
sociale. 
    Le texte devrait faire davantage de place à l'accord 
majoritaire d'entreprise ou de branche et encadrer les décisions 
des prud'hommes. 
    Emmanuel Macron a annoncé également vouloir réformer le 
système d'assurance chômage, pour que tous les travailleurs 
puissent en bénéficier et donner davantage de place à l'Etat 
dans son pilotage, et réformer la formation professionnelle. Il 
compte finaliser ces réformes au plus tard début 2018. 
  
 
 (Caroline Pailliez, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ccondem1 il y a 7 mois

    Elle aura du travail dans cette voie-là, avec nos arriérés siglés ! ;-)

  • cyti8 il y a 7 mois

    Renforcer la loi El Khomri est une mesure intelligente. Ca nous changera des gouvernements qui ont tout fait pour casser l'outil industriel en France avec l'appui des syndicats. L'intérêt des salariés, c'est l'intérêt de l'entreprise, et non celui des patrons comme le prétendent les syndicats qui ne pensent qu')à abattre les entreprises.