France-Patrick Balkany en examen, notamment pour corruption

le
0

(Actualisé avec mise en examen) PARIS, 21 octobre (Reuters) - Patrick Balkany, député-maire UMP de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) et proche de Nicolas Sarkozy, a été mis en examen mardi pour blanchiment de fraude fiscale, corruption et blanchiment de corruption, a-t-on appris de source judiciaire. L'élu a indiqué à l'issue de sa mise en examen au pôle financier qu'il n'avait rien à se reprocher et qu'il contesterait la régularité de la procédure. "Quand on a rien à se reprocher, on se sent bien. Maintenant qu'ils fassent leur enquête. Le seul problème, c'est que je n'ai pas de sociétés et que je n'ai pas de compte à Singapour", a-t-il dit aux journalistes. Selon Le Monde.fr, les juges d'instruction Renaud Van Ruymbeke et Patricia Simon disposent de documents précis relatifs à sa responsabilité dans l'organisation d'un système d'évasion fiscale. Trois notes de Tracfin, cellule française de lutte contre le blanchiment, évoquent un "schéma sophistiqué de fraude" et détaillent le train de vie du parlementaire ainsi qu'un écheveau de sociétés écrans et comptes offshore, précise le quotidien. Le témoignage d'un industriel belge aurait permis aux juges de découvrir l'origine des fonds alimentant les divers comptes attribués au couple Balkany et provenant d'un rôle d'intermédiaire dans des contrats d'uranium en Afrique, ajoute-t-il. Patrick Balkany aurait ainsi touché une commission de cinq millions de dollars, versée sur un compte à Singapour. L'enquête pour blanchiment de fraude fiscale visant Patrick Balkany avait été élargie en septembre dernier à des faits de corruption présumée, a-t-on appris mardi de source judiciaire. Selon Mediapart, qui citait à l'époque des sources proches du dossier, "les virements bancaires dénoncés par Tracfin, dont certains ont transité par Singapour, évoquent le versement de commissions sur des contrats à l'international, notamment en Afrique, où Patrick Balkany a beaucoup voyagé ces dernières années, ainsi que sur des marchés publics passés à Levallois-Perret" (Hauts-de-Seine). Isabelle Balkany, son épouse, et Jean-Pierre Aubry, son ex-directeur de cabinet, ont été mis en examen le 22 mai pour blanchiment de fraude fiscale. La première adjointe de Levallois s'était également vu imposer une caution d'1 million d'euros, qu'elle a contestée sans succès devant la cour d'appel avant de la payer. (Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant