France-Pas de débat possible sur la race, dit Sarkozy à Morano

le
2

STRASBOURG, 11 octobre (Reuters) - La question de savoir si «la France est un pays de race blanche», comme l'avait affirmé la députée européenne Nadine Morano, ne peut même pas justifier un débat, affirme le président des Républicains, Nicolas Sarkozy, dans une interview publiée dimanche par L'Est Républicain. L'élue européenne et ancienne ministre s'est vu retirer la tête de liste de Meurthe-et-Moselle pour les élections régionales prévues en décembre après avoir refusé de s'excuser pour ces propos. Elle a reproché à l'ancien président de la République d'avoir commis «une faute politique majeure» et «de ne pas laisser vivre le débat» au sein de son parti. «Je n'ai rien contre Nadine Morano, elle fait partie de notre famille politique mais le président de la République que j'ai été et le président des Républicains que je suis aujourd'hui ne peut pas laisser s'installer l'idée qu'il peut y avoir débat sur cette question», dit-il au quotidien de Nancy. Nicolas Sarkozy réaffirme que la France n'est pas «une race». «C'est un principe fondamental, car derrière la race, il y a immédiatement la pureté. C'est une ligne infranchissable. Aux Français qui sont tentés d'approuver ces propos, je veux dire à quel point il est dangereux au regard de l'histoire d'associer notre pays à une race», ajoute l'ancien chef de l'Etat. «Débattre pour savoir si la France est une race n'a aucun sens», insiste celui qui espère effectuer un retour au palais de l'Elysée en 2017. «Le vrai débat consiste à savoir ce qui protège le mieux l'identité de la France. Lorsque je combats avec force le communautarisme, je me place sur le seul terrain qui compte : celui des valeurs de la France», affirme-t-il. (Gilbert Reilhac, édité par Danielle Rouquié)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • milano12 le dimanche 11 oct 2015 à 10:54

    ça s ameliore pas

  • M4484897 le dimanche 11 oct 2015 à 10:25

    et a peine cinquante ans après on se demande si ce n'est pas eux qui nous gouvernent?